Interview exclusive

Mc Bright : « Celui qui me clashe, ne me clashe pas. Il clashe la rue ! »

Mc Bright : « Celui qui me clashe, ne me clashe pas. Il clashe la rue ! »
Mc Bright : « Celui qui me clashe, ne me clashe pas. Il clashe la rue ! » © 2020 D.R./Info241

C’est avec la sortie en 2018 de son single fracassant intitulé « Mayo en chef » que le rappeur Mc Bright s’est fait connaitre des férus du hip-hop gabonais. Deux ans plus tard, signé désormais chez Negrattitude, il défraie la chronique ces derniers jours et enflamme la toile avec un nouveau freestyle dénommé « Balle perdue ». Un single qui a mis le feu aux poudres puisque le rappeur Migovéen distribue des pics qui lui valent désormais les répliques musclées de ses détracteurs.



Contacté entre deux prises de studio à Port-Gentil par les équipes d’Info241, le rappeur à polémique nous livre sa version des faits et revient sur la suite d’une carrière qui s’annonce déjà tumultueuse. Interview exclusive.

Info241 : Mc Bright, merci d’avoir accepté notre interview. Qui est ce rappeur dont tout le monde parle ? Quel est votre parcours dans la musique et dans le rap en particulier ?

Mc Bright : Bonjour Info241, c’est un plaisir pour moi. C’est moi qui vous remercie. Je suis Mc Bright (aka le Mayo en Chef, le capitaine du mapane) rappeur gabonais, membre actif du label Negrattitude. Mon parcours n’avait rien d’héroïque jusqu’au 30 avril 2020, date où a été déclenchée le clash général au Gabon !

Le clip du freestyle "Balle perdue"

Je suis fier d’être le jeune qui a pu dire tout haut ce qui se disait tout bas. J’ai commencé la musique en 2009 à Port-Gentil avec mon groupe Scarzion. En 2018, je me suis lancé en solo et créé mon propre label B&L management en collaboration avec le jeune artiste Laurent Bennet. Par la suite, a suivi mon intégration dans le label de Ba’Ponga (Negrattitude).

Vous défrayez la chronique avec le clash qui vous oppose au rappeur Flow du Sud. De quoi s’agit-il ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Mc Bright : Je tiens à rappeler que : je suis en clash avec personne ! Le 30 avril 2020, j’ai sorti mon freestyle "Balle perdue" dans un cadre promotionnel en attendant la sortie officielle de mon nouveau single CDM2.0 (Capitaine du mapane, ndlr) ! Dans ce freestyle, je ressors une part de vérité sur l’hypocrisie de certains acteurs du hip-hop. Ils ont eu du mal à encaisser. Pourtant, ce n’était qu’une "Balle perdue". Une fois de plus, on a encore pu constater que la vérité blesse et qu’il y a beaucoup de problèmes entre artistes. Il est temps que tout le monde vide la douleur qu’ils ont les uns sur les autres, c’est ainsi que l’on passera à autre chose.

Pensez-vous que certains caciques du rap gabonais aient comploté contre vous ou pensez-vous qu’ils vous reprochent votre franc-parler ?

Mc Bright : Je ne pense pas qu’il ait eu un complot de certains grands du milieu car depuis le 30 avril 2020, je reçois beaucoup de messages de soutien de plusieurs acteurs du show-business vert-jaune-bleu (artistes, animateurs, médias et j’en passe) car ils m’identifient comme ce jeune libre qui dit haut ce qui est pensé bas.

Que pouvez-vous dire à vos différents détracteurs ?

Mc Bright : Mes détracteurs, je vous aime beaucoup ! Moi je ne clashe pas, je pique. Les années 80 sont passées, on est en 2020. Il y a toujours des jeunes bornés qui font la lèche aux grands juste pour le buzz. Mais, sachez que je ne suis pas des vôtres ! Moi, je suis là pour faire avancer les choses. Peu importe la manière, celui qui me clashe ne me clashe pas, il clashe la rue ! Et on sait tous que la rue gagne toujours.

Quels sont les futurs projets du Mayo qui s’est “chefélisé“ ?

Mc Bright : Il y a le clip de mon nouveau « Capitaine du mapane 2.0 (CDM2.0)  ». Il sera des nôtres dans moins d’une semaine. Je suis toujours en studio pour mon album.

Un message de sensibilisation contre Covid-19 qui fait des victimes dans notre pays ?

Mc Bright : Pour le Covid-19, de toutes les façons, le président de la République et les artistes que sont Tris, Créol et l’autre ont tout dit dans le morceau "Stop au corona" (rires). Respectons les gestes barrières.

Mc Bright, un mot de fin ?

Mc Bright : Je suis fier d’être ce jeune artiste pour de la nouvelle génération qui se bat pour donner de la couleur et de la valeur au hip-hop vert-jaune-bleu.

Propos recueillis par James Koyo


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article