07:28

Crise à l’UPG

Mboumba Nziengui : « Moukagni Iwangou doit créer son parti et laisser l’UPG tranquille »


Politique
  • Mathieu Mboumba Nziengui (à gauche) veut mettre un terme à la dissidence de Jean De Dieu Moukagni Iwangou (à droite) © 2017 D.R./Info241
Publié le 1er juillet 2017 à 12h32min

Mboumba Nziengui persiste et signe, il est le seul patron légitime à bord de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) de feu Pierre Mamboundou. C’est le sens du propos de l’interview qu’a accordée l’actuel président de l’UPG, Mathieu Mboumba Nziengui, à nos confrères de L’union. Saluant la fin de la dissidence de Bruno Ben Moubamba qui se réclamait de l’UPG, Mboumba Nziengui confirme donc être le seul maître à bord de l’UPG et « conseille » Jean De Dieu Moukagni Iwangou de créer sa propre formation politique.

Heureux de la récente fin de la dissidence de Moubamba qui voulait prendre le contrôle du parti, Mboumba Nziengui invite désormais l’unique dissident à restant, Moukagni Iwangou, à créer son parti comme l’on fait avant plusieurs voix dissidentes avant lui.

Voici un extrait de cette interview accordée ce samedi à nos confrères :

Monsieur le président après le décès de Pierre Mamboundou, l’Union du Peuple gabonais (UPG) s’était fracturée en plusieurs entités, chacune se revendiquant du fondateur. Laquelle détient réellement la légitimité aujourd’hui ?

Mathieu Mboumba Nziengui : Le parti ne s’était pas fracturé. L’UPG est restée une et indivisible. Mais des personnes malintentionnées, dont Dieudonné Moukagni Iwangou et Bruno Ben Moubamba, ont tenté, en vain, de prendre sa tête. Des décisions de justice les ont déboutés. Ils ont tenu des congrès illégitimes, alors que d’après les statuts du parti, seul le secrétaire exécutif que j’étais, était habilité à convoquer un congrès. L’UPG dirigée par Mathieu Mboumba Nziengui est donc la seule formation légitime. Du vivant de Pierre Mamboundou, j’en étais le secrétaire exécutif et il m’a toujours confirmé dans mes fonctions.

A son décès, et alors que son corps reposait encore dans une maison des pompes funèbres, des bruits de bottes commencèrent à se faire entendre. Certains cadres du parti, dévorés par l’ambition, voulurent tenter une jacquerie. J’ai été élu président de l’UPG par le congrès de Ndendé de juin 2016. J’avais comme concurrente la veuve de Pierre Mamboundou. Donc, il n’y a plus de tendance, il n’y a qu’une seule UPG.

Je conseille à Dieudonné (sic) Moukagni Iwangou de s’inspirer de Moulomba, de Bonaventure Nzigou Manfoumbi et de Bruno Ben Moubamba qui ont créé leurs partis.

Selon vous, qu’est-ce qui motive dès lors Moukagni Iwangou à s’accrocher au label « UPG » ?

Mathieu Mboumba Nziengui : Je vais vous faire une révélation. Moukagni Iwangou n’a jamais été militant de l’UPG. D’ailleurs, au tribunal il n’avait pas pu le démontrer car, ne possédant pas de carte du parti. Du vivant de Pierre Mamboundou, il participait aux activités du parti en tant que consultant.

En effet, sa qualité de magistrat ne lui permettait pas d’adhérer à un parti politique. Après la disparition du fondateur, il avait cru son heure arrivée et avait voulu surfer sur la vague de désespoir causée par cette disparition pour s’approprier le parti. L’UPG fut créée par un grand homme, elle ne doit pas mourir. Qu’il crée son parti et laisse l’UPG tranquille.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile