18:47

Nécrologie

MackJoss, le baobab de la musique gabonaise nous a quitté


Culture
  • MackJoss, le baobab de la musique gabonaise nous a quitté © 2018 D.R./Info241
Publié le 18 avril 2018 à 06h09min

La musique gabonaise est en deuil. Récemment donné pour mort par de folles rumeurs sur les réseaux sociaux, l’artiste gabonais Mackjoss (72 ans) s’est éteint dans la nuit de mardi à mercredi au centre hospitalier de Libreville. Le « baobab » de la musique gabonaise, en raison de la longévité de sa carrière, serait décédé des suites d’une maladie. Il laisse derrière lui une panoplie d’albums et des succès qui ont traversé les frontières gabonaises.

La musique gabonaise a perdu un de ses fiers monuments vivants. Le chanteur gabonais Mackjoss, de son vrai nom Jean-Christian Mackaya, est décédé ce mercredi aux environs de zéro heure. L’artiste qui multipliait les succès, a débuté sa carrière à 17 ans avant de faire les beaux jours de la musique gabonaise.

Il est né le 20 juin 1946 à Mimongo dans la province de la Ngounié. Sa toute première chanson "Tate na mame" aura été le point de départ d’une longue carrière. Celle-ci passe par l’armée où il fonde dès 1971 avec Martin Rompavet, John Abessolo et Mathurin Nzamba entre autres, l’orchestre des forces armées gabonaises. Cet orchestre deviendra plus tard le groupe Massako qui a enchaîné les succès.

L’un des nombreux hits des années 70 de Mack Joss.

Mais l’on retiendra de Mackjoss surtout une longue carrière solo où le chanteur recourrait à sa langue maternelle le punu pour conscientiser la population à travers ses chansons. Son tube « Le boucher » qui le propulse au devant de la scène dans les années soixante, mais aussi le succès mémorable de « Tsakidi  » où le chanteur prodige de sages conseils aux nouvelles générations.

Mackjoss est père d’une nombreuse famille dont plusieurs d’entre eux, comme Brake et Créol, ont choisi également la musique comme moyen d’expression artistique. On a prêté également au chanteur plusieurs concubines dont la chanteuse Patience Dabany, alors épouse d’Omar Bongo l’ancien président du Gabon. Cette idylle aurait coûté cher à l’artiste qui n’aurait plus d’avancement dans l’armée.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile