Manifestations

Libreville sous tensions après l’annonce du décès de l’opposant Mba Obame

Libreville sous tensions après l’annonce du décès de l’opposant Mba Obame
Libreville sous tensions après l’annonce du décès de l’opposant Mba Obame © 2015 D.R./Info241

La tension est montée d’un cran à Libreville depuis l’annonce du décès de l’opposant André Mba Obame. La nouvelle de la mort de l’opposant à Ali Bongo, s’est rependue à vitesse telle une poudrière occasionnant des tensions dans certains artères de la capitale. Ainsi donc, la capitale gabonaise est désormais sous haute protection policière.

Des jeunes fulminant de colère sont descendus dans la rue pour tenter de venger celui qu’ils considèrent comme leur martyr, décédé ce dimanche matin à Yaoundé, au Cameroun.

Des véhicules et l’ambassade du Bénin pris pour cibles

L’annonce de la nouvelle a été suivie d’un calme précaire à Libreville. Puis, les hostilités ont commencé au carrefour Ancienne Sobraga, au rond-point de la Démocratie, à Rio et dans d’autres quartiers de la capitale gabonaise. L’état major de l’armée de terre gabonaise aurait été victime d’un incendie depuis quelques minutes sans qu’on ne sache s’il y a un lien avec ces tensions.


Un des véhicules incendié

Des jeunes fulminant de colère ont incendié des véhicules dans certaines rues avant d’aller mettre le feu à l’ambassade du Bénin au Gabon. Le bâtiment de la mission diplomatique est actuellement en flammes. Les sapeurs pompiers tentent de circonscrire les flammes.

Voir aussi : Les images de l’ambassade du Bénin au Gabon incendiée

Une maladie mystérieuse et circonstances hasardeuses

André Mba Obame est mort après avoir vivoté avec une mystérieuse maladie que les médecines moderne et traditionnelles n’ont pu soigner. Il se susurre qu’il a été empoisonné après avoir quitté la barque du Parti démocratique gabonais (PDG), au pouvoir.

Les proches de l’ancien ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo Ondimba pointent un doigt accusateur en direction notamment du pouvoir en place. Celui-ci n’a jamais n’a jamais démenti ses accusations insistantes.

Après l’annonce de la grogne des jeunes, le gouvernement a déployé des forces de sécurité et de défense à travers la ville. Pour le moment, la situation est sous contrôle. Mais de grandes émeutes sont à craindre dans les prochaines heures.

Après Pierre Mamboundou en 2011, c’est le second opposant au régime qui décède dans des circonstances plutôt troubles qui laissent sans voix les proches des disparus et l’opposant gabonaise est de plus en plus orpheline de ses principales figures politiques. Heureux hasard pour Ali Bongo ou coïncidence parfaite pour le régime Bongo qui bas depuis ses armes pour l’élection présidentielle de 2016.

Avec Jonas Moulenda


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article