Web-Stat analytics
Crise sanitaire

Les propositions du SYMEFOGA pour sauver le Gabon de la menace du coronavirus !

Les propositions du SYMEFOGA pour sauver le Gabon de la menace du coronavirus !
Les propositions du SYMEFOGA pour sauver le Gabon de la menace du coronavirus ! © 2020 D.R./Info241

Moins langue de bois que leurs pairs du comité de riposte et scientifique, le syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (SYMEFOGA) a dans un communiqué parvenu hier à la rédaction d’Info241, tiré la sonnette d’alarme face à la pandémie du coronavirus. Énumérant des propositions constructives aux populations et aux gouvernants, le syndicat de fonctionnaires médicaux a d’ores et déjà prévenu : les structures sanitaires dépourvues de tout ne pourraient faire face à un afflux massif de malades. D’où son appel à une prise de conscience des citoyens et du gouvernement pour une prise de conscience en amont sans lequel « nous allons tous y passer » !

Le SYMEFOGA prend la mesure de la menace que fait planer le Covid-19 sur notre pays et son système de santé. Dans un communiqué signé de son président, Dr Adrien Mougougou, le syndicat d’agents hospitaliers dresse un tableau plutôt sombre de notre système sanitaire qui ne pourrait faire face à la maladie, contrairement aux déclarations enjolivées des autorités. Seule lueur d’espoir, la prévention et une meilleure organisation préventive de nos structures de soins car « personne, aucune classe sociale entre riches ou pauvres, gouvernants ou gouvernés » ne sera épargné par le Covid-19.

Dr Adrien Mougougou, président du SYMEFOGA

Aux autorités gabonaises, le SYMEFOGA ne tarit pas de propositions. Dénonçant le « fossé que nous constatons entre les annonces et la réalité », le syndicat suggère les mesures suivantes :

- la mise en quarantaine stricte de Libreville et ses environs, Port-Gentil, Garnba, Moanda, sites pétroliers..., principaux endroits ayant abrité des sujets revenus des pays à forte propagation virale ;
- le prélèvement à visée diagnostique de toutes les personnes rentrées de ces pays dans les 20 derniers jours pour une meilleure traçabilité de l’infestation virale ;
- l’équipement urgent du laboratoire national, du CHU, celui de la faculté de Médecine et l’annexe du CIRMF de l’HIAOBO pour le diagnostic de ce type de virus ;
- l’équipement des hôpitaux en dispositifs de réanimation mais aussi en savon, masques, gels, combinaisons réglementaires et médicaments divers ;
- multiplier les points d’eau dans les zones dépourvues d’adduction ;
- ravitailler les hôpitaux en hydroxy chloroquine et azithromycine jusqu’à ce que d’autres médicaments fassent la preuve de leur efficacité sauf avis contraire du comité scientifique ;
- organiser la contrainte de l’application de ces mesures par les forces de l’ordre et de défense ;
- améliorer le numéro vert qui est difficilement joignable actuellement et en ajouter d’autres ;
- mettre les bus de la société Trans’Urb à disposition des personnels de santé ;
- l’adoption de la peine maximale contre tout détournement du moindre centime dédié à cette guerre, car en bon champion du monde du détournement certains dirigeants j’en suis sûr pensent à faire du coronavirus, le pourvoyeur de leur richesse.

Les citoyens ne sont pas en marge des recommandations du SYMEFOGA. Le syndicat de professionnels de la santé joue la carte de la franchise : « Nous n’avons rien pour faire face à une éventuelle flambée de malades du COVID-1.9. Nos hôpitaux naguère dépourvus de tout affichent toujours le même dénuement (moins de 50 places en soins intensifs à Libreville qui risquent d’être saturés ». Pour y faire face, ledit syndicat suggère aux populations d’observer :

- le confinement à domicile et non les attroupements dans les quartiers ; .
- le lavage des mains à tout type de savon plusieurs fois dans la journée ;
- la friction des mains à une solution hydro-alcoolique si vous en trouver ;
- la limitation des visites dans les hôpitaux ;
- le report de toutes les manifestations familiales ou politiques (mariages, baptêmes, réunions de famille...) ;
- de tousser ou éternuer dans un mouchoir à jeter ou au pli du coude ;
- d’appeler le numéro vert en cas de symptôme.

Enfin, le syndicat met en garde les professionnels de la santé. « Soyons disponibles tout en demandant au gouvernement de nous disponibiliser gants, masques, savons, alcool, eau, équipements divers mais aussi à renforcer nos plateaux techniques car faute de tout cela nous deviendrons de parfaits distributeurs automatiques de COVID-19 », martèle le président Dr Adrien Mougougou. En conclusion, le syndicat termine son propos par cette mise en garde prémonitoire : « Sans cette prise de conscience, nous allons tous y passer ». Voilà qui a le mérite d’être dit !


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article