Colère des élèves

Les députés gabonais demandent au gouvernement de surseoir sa reforme des bourses

Les députés gabonais demandent au gouvernement de surseoir sa reforme des bourses
Les députés gabonais demandent au gouvernement de surseoir sa reforme des bourses © 2019 D.R./Info241

La colère des élèves sur les nouvelles conditions d’attribution des bourses aux étudiants a trouvé grâce aux yeux de l’Assemblée nationale gabonaise. Dans un courrier officiel que s’est procuré Info241 et adressé au Premier ministre, la Représentation nationale demande la suspension de la mesure proposée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou. Le temps d’entamer au plus vite, une concertation réelle avec les parties prenantes.

Lire aussi >>> Des élèves gabonais dans la rue pour dénoncer la reforme de l’attribution des bourses

L’Assemblée nationale gabonaise se placerait-elle enfin du coté du peuple ? Dans une lettre datée du 11 avril, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, le général d’armée à la retraite Idriss Ngari, demande clairement au chef du gouvernement gabonais la suspension de la reforme querellée par les élèves au nom de « la paix sociale ».

Le gouvernement Nkoghe Bekalé est décidément sommé de toute part de revoir sa copie. Dans un courrier, la Représentation nationale tout en reconnaissant la « pertinence » de la mesure pour la dépense publique, « constate néanmoins que cette mesure est source de mécontentement généralisé des élèves et parents d’élèves sur l’ensemble du territoire national ».

Lire aussi >>> Les élèves du Gabon refusent de payer pour la mauvaise gouvernance des autorités

D’où cette invite à suspendre ladite mesure : "soucieux de la stabilité des Institutions et de la paix sociale, l’Assemblée nationale suggère au Gouvernement de surseoir cette mesure", poursuit Idriss Ngari dans sa missive adressée à Julien Nkoghe Bekalé. Avant de conseiller à camarade militant du parti au pouvoir de privilégier le dialogue.

« En outre, soucieux de notre philosophie de dialogue permanent, il serait souhaitable qu’une concertation préalable des partenaires sociaux se tienne dans les meilleurs délais, en vue d’une harmonisation des principales préoccupations exprimées par toutes les parties prenantes », conclu le courrier officiel.

Lire aussi >>> Reforme des bourses : réunion d’urgence ce 14 avril au ministère gabonais de l’Education

Reste donc à connaitre la suite donnée à ce courrier par le gouvernement qui semble avoir compris que la pilule de cette reforme serait difficile à faire avaler tant aux élèves qu’à leurs parents qui prévoient eux aussi de manifester la semaine prochaine dans les rues de Libreville. Affaire à suivre...


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article