20:40
URGENT >>>

Les Panthères du Gabon s’imposent dans la douleur à Djouba face au Soudan du Sud


Fraude institutionnalisée

Bongoville : Les adversaires de Malika Bongo se retirent pour dénoncer les « dérapages » du CGE


Politique
  • Les 3 adversaires de Malika Bongo ont jeté l’éponge hier pour dénoncer les dérapages du CGE © 2018 D.R./Info241
Publié le 6 octobre 2018 à 11h09min

Le Centre gabonais des élections (CGE) ferait-il de l’élection de la fille d’Ali Bongo, malika Bongo, à Bongoville une affaire d’Etat ? Oui, à en croire ses 3 adversaires en lice dans le département de Djouori Agnili qui ont hier collégialement déposé leur démission pour cette élection législative. Les challengers de la fille du président gabonais ont retiré leur candidature pour dénoncer le manque de transparence dans cette élection et les manigances du CGE provincial visant à offrir une victoire soviétique à la candidate du parti au pouvoir.

Lire aussi >>> La fille d’Ali Bongo veut hériter de son ancien siège de député à Bongoville

Dans une lettre que s’est procuré Info241, les candidats Brigitte Marthe Ossibi (indépendante), Loïc Arnaud Makouka Mouoyi de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR, opposition modérée) et Saturnin Odouma Kamboulou opposés dans ce département à la fille d’Ali Bongo, ont tous les trois déposés hier leur démission de cette élection.

Rien de va plus à Bongoville. Les trois adversaires de la candidate du parti au pouvoir dans cette circonscription électorale, Malika Bongo, entendent par cette démission collective, dénoncer les agissements de la présidente provinciale du CGE qui ferait des pieds et des mains pour s’assurer de la victoire de la fille du président dans ce siège de député autrefois occupé par Ali Bongo.

Les adversaires de Malika Bongo présentant leur lettre de démission

Dans leur lettre de démission, les trois aspirants députés démissionnaires affirment n’avoir pas été saisis par la commission provinciale du CGE pour la désignation de leurs représentants. Ce qu’ils considèrent comme une grave violation des dispositions légales en la matière. « J’ai été surpris que les membres retenus et formés ne sont nullement ceux garantissant la transparence de mon vote », écrit l’un d’eux dans sa lettre de démission.

Les adversaires de Malika Bongo affirment que ceux « choisis » par le CGE provincial « sont pour la plupart des militants avérés du parti démocratique gabonais faisant office de représentants de l’opposition ». Des malversations institutionnelles qui n’inspirent ni confiance ni transparence dans ce scrutin qui verrait la fille d’Ali Bongo entrer à hémicycle sans grande difficulté et surtout sans adversaire.

Des soupçons de fraudes qui ont donc obligé les adversaires de la fille d’Ali Bongo et du parti au pouvoir, à rendre les armes pour ne pas cautionner l’élection déjà institutionnalisée de Malika Bongo. Avec ces trois démissions, Malika Bongo est ainsi seule en lice pour ce siège. Une victoire sans enjeu donc pour la fille du président gabonais, obtenue sans adversaire. Une victoire à la soviétique de plus dont l’ex-parti unique ne saurait se priver.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile