Web-Stat analytics
Activités présidentielles

Le président togolais en visite officielle ce mardi à Libreville auprès d’Ali Bongo

Le président togolais en visite officielle ce mardi à Libreville auprès d’Ali Bongo
Une précédente visite officielle au palais présidentiel de Libreville © 2019 D.R./Info241

Ali Bongo va renouer avec les visites officielles de ses homologues. Ce mardi, il recevra même pour la première fois depuis son retour au Gabon et son AVC, un chef d’Etat en exercice. Il s’agit de celui du Togo, Faure Essozimna Gnassingbé, qui effectuera à Libreville une visite de travail et d’amitié de 24 heures, indique un communiqué présidentiel parvenu à la rédaction d’Info241 lundi soir.

Faure Essozimna Gnassingbé sera le premier président a être reçu par Ali Bongo depuis sa maladie sur venu en octobre 2018. Selon nos informations, le président togolais devrait arriver à l’aéroport international Léon Mba de Libreville à 10h30. Les deux hommes qui se connaissent bien pour avoir hérité tout deux du fauteuil présidentiel de leur père, devraient aborder des questions bilatérales entre les deux pays.

Le communiqué de la Présidence gabonaise précise en effet que « De nombreux dossiers d’intérêt commun, bilatéraux, continentaux et les grandes questions de l’heure au plan international seront à cette occasion évoqués, à l’instar des enjeux politiques et sécuritaires, d’intégration régionale, ainsi que la consolidation de l’axe Libreville-Lomé ». Des sujets bien connus des deux hommes.

Ali Bongo que la justice gabonaise a refusé vendredi de soumettre à une expertise médicale en vue de clore le débat sur ses capacités à diriger le pays après sa maladie, tentera donc avec cette première visite officielle de faire pâlir ses détracteurs. Une opération de communication qui semble avoir été prévue d’avance avec son « frère » et ami Faure Essozimna Gnassingbé.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article