14:08

Opération Scorpion

Le porte-parole de la Présidence gabonaise écroué pour corruption et malversations


Politique
  • Le porte-parole de la Présidence gabonaise écroué pour corruption et malversations © 2019 D.R./Info241
Publié le 30 novembre 2019 à 12h50min

Nouveau coup dur pour Ali Bongo et les hommes de sa cour immédiate. Son porte-parole présidentiel Ike Ngouoni Aila Oyouomi a été écroué hier à la prison centrale de Libreville pour corruption. Interpellé dans le cadre de l’opération mains-propres des autorités judiciaires gabonaises, le porte-parole de la Présidence gabonaise a été placé en garde à vue le 21 novembre dernier avant se voir placé en détention préventive hier, à la prison de Gros-Bouquet.

Lire aussi >>> Traque anti-corruption au Gabon : qui sont les hauts fonctionnaires arrêtés ?

Le célèbre conseiller politique d’Ali Bongo, Ike Ngouoni Aila Oyouomi est dans de sales draps judiciaires. En garde à vue depuis le 21 novembre dans le cadre de l’opération scorpion touchant les proches de l’ancien directeur de cabinet présidentiel Brice Laccruche Alihanga, Ike Ngouoni, il a été écroué à son tour vendredi après avoir été présenté devant la Cour judiciaire spéciale qui a déjà prononcé des mandats de dépôt contre 11 autres hauts fonctionnaires.

Ike Ngouoni, ici au coté d’Ali Bongo durant sa convalescence au Maroc

Avec son incarcération, c’est la présidence gabonaise qui se voit priver des services de son porte-parole attitré. Ike Ngouoni Aila Oyouomi est poursuivi pour malversations financières et blanchiment de fonds massif, selon des sources judiciaires. Un coup de poignard pour Ali Bongo qui avait pourtant renouvelé sa confiance à ce haut fonctionnaire du palais présidentiel en l’élevant comme conseiller spécial. Ce qui interroge donc sur la clairvoyance du président gabonais dont plusieurs des cadres choisis pour matérialiser sa « vision politique » sont depuis accusés de s’être servi de leurs fonctions pour s’enrichir.

Rappelons qu’Ali Bongo a sous sa coupole la Direction générale des services spéciaux (DGSS), un service de renseignements présidentiel censé faire de lui la personne la mieux informée du pays. On s’étonne donc qu’avec de tels outils qui placent les gabonais notamment sur écoute, il ne se soit pas aperçu des malversations qui perdurent depuis plusieurs années. Sinon comment comprendre la promotion encore récente de ce porte-parole présidentiel dont aucune mesure de précaution n’ait été prise depuis son interpellation, sa garde à vue et maintenant son incarcération.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile