Interpellation civique

Le ministère gabonais de la Jeunesse restaure son drapeau après un post d’un internaute !

Le ministère gabonais de la Jeunesse restaure son drapeau après un post d’un internaute !
Le ministère gabonais de la Jeunesse restaure son drapeau après un post d’un internaute ! © 2020 D.R./Info241

Grosse victoire pour les internautes gabonais. Deux jours seulement après avoir dénoncé le piteux état du drapeau national exposé au siège du ministère de la Jeunesse, les autorités gabonaises ont finalement réagi ce mercredi en s’offrant un drapeau flambant neuf. Le drapeau amoché a été remplacé depuis par un nouveau !

Lundi encore, l’ancien drapeau presque déchiqueté flottait sur le bâtiment administratif officiel dans l’indifférence générale. Tout est parti d’un post sur Facebook d’un leader d’opinion qui n’a pas hésité à comparer l’état du drapeau ministériel au désintérêt des les autorités sur les difficultés que rencontrent la jeunesse du pays au quotidien.

Le post à l’origine du revirement des autorités

« CIVISME, MINISTÈRE DE LA JEUNESSE : CHOQUÉ PAR LE TRAITEMENT DE NOTRE DRAPEAU, UN TRAITEMENT SIMILAIRE À CELUI INFLIGÉ PAR LA JEUNESSE COMPÉTENTE ET MERITANTE », a déploré lundi Geoffroy Foumboula Libeka sur Facebook. Une interpellation largement relayée par plusieurs internautes pour attirer l’attention des autorités.

Le drapeau désormais restauré

Il semble donc que leur interpellation ne soit pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Le ministère gabonais de la Jeunesse, dirigé par Franck Nguema, ayant vite fait de redorer ce symbole national en péril. Espérons tout simplement aussi que le second volet de cette interpellation, celui relatif au « traitement infligé à la jeunesse compétente et méritante », connaisse le même rapide sort que l’ancien drapeau en piteux état.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article