Maladies virales

Le Gabon veut une riposte nationale contre les maladies virales du manioc

Le Gabon veut une riposte nationale contre les maladies virales du manioc
Le Gabon veut une riposte nationale contre les maladies virales du manioc © 2018 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/le-gabon-veut-une-riposte-nationale-contre-les-maladies-virales,4049
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4049

Le Gabon compte mettre en place un plan national de prévention et de riposte contre les maladies virales du manioc, cultivé et consommé dans toutes les provinces du pays.

A cet effet, un atelier a été organisé, vendredi à Libreville, à l’initiative du programme Ouest africain d’épidémiologie virale (Wave), en partenariat avec les ministères gabonais de l’Agriculture et de l’Enseignement supérieur pour sensibiliser quant à la menace que constituent les maladies virales du manioc, qui font des ravages.

Le ministre gabonais de l’Agriculture, Biendi Manganga Moussavou, a souligné à cette occasion l’impératif d’agir de manière vigoureuse et coordonnée pour apporter une riposte efficace à la menace de la propagation des maladies virales qui planent sur les cultures essentielles pour la sécurité alimentaire des populations.

« Si rien n’est fait, ces maladies virales qui s’attaquent au manioc, peuvent à terme porter atteinte à la production nationale, et donc remettre en cause tous les efforts du gouvernement pour assurer durablement la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations », a-t-il dit.

Abondant dans le même sens, le Pr. Jacques François Mavoungou, représentant du Wave, a relevé que l’objectif de cet atelier est d’élaborer un plan national d’action pour faire face à la structure brune du manioc et autres maladies des variétés de manioc cultivées au Gabon.

Conçu par des scientifiques africains pour la sécurité alimentaire, le programme Ouest africain d’épidémiologie virale (Wave) a été mis en place en 2015 à la faveur du soutien financier de la fondation « Bill et Melinda Gates » et le département du Royaume unis pour le développement international dans le but d’assurer la sécurité alimentaire des populations.


Commenter l'article