22:30

Plan de relance

Le Gabon supprime plusieurs agences créées par Ali Bongo pour faire des économies !


Economie
  • Le vice-président Pierre-Claver Maganga Moussavou a présidé le conseil des ministres d’hier sur autorisation de la Cour constitutionnelle © 2018 D.R./Info241
Publié le 17 novembre 2018 à 09h45min

Le Conseil des ministres tenu hier à Libreville a pris une décision courageuse. Celle de supprimer plusieurs agences et structures dont les missions étaient soit floues ou en doublon dans l’administration gabonaise. Ainsi ce sont 8 d’entres elles qui passent à la trappe avec effet immédiat et certaines de leurs missions transférées vers d’autres structures ou entités publiques déjà existantes. La plus symbolique étant la dissolution de la Société nationale du logement social (SNLS) au profit de la Société nationale immobilière (SNI).

Le Gabon déjà bien endetté, cherche à faire des économies et surtout rendre performante l’action publique. Lors du conseil des ministres tenu hier en l’absence d’Ali Bongo, une première dans le pays, le ministre gabonais de l’Economie a proposé la suppression de plusieurs agences et structures créées notamment par Ali Bongo depuis son accession au pouvoir en 2009.

Cette suppression vise selon les autorités, « à la rationalisation des établissements publics personnalisés conformément aux orientations du Plan de Relance de l’Economie », conclut le communiqué ayant sanctionné les travaux. Et de justifier : « Cette rationalisation est nécessaire pour des considérations d’efficacité, de productivité et de clarification de compétences ».

Sont concernés par ces suppressions : l’Agence nationale de la promotion artistique et culturelle (ANPAC), le Centre national de formation des sportifs, l’Agence nationale de sûreté et sécurité nucléaire, l’Autorité de régulation des produits agricoles du Gabon (ARPAG), le Fonds forestier, la Commission nationale de développement durable, l’Agence Nationale des Pêches et de l’Aquaculture et la Société nationale du logement social (SNLS) par voie de Fusion-Absorption au profit de la Société Nationale Immobilière (SNI).

Le communiqué précise par ailleurs que seuls les agents permanent de l’Etat victimes de ces suppressions « sont remis à la disposition de leurs administrations d’origine ». Mais s’est tout de même voulu rassurant pour les autres catégories d’agents : « la gestion de tous les agents régis par le Code du travail se fera conformément aux lois et règlements en vigueur ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile