11:26

Mensonges d’Etat

La petite sœur d’Ali Bongo est née 115 jours après sa venue au monde !


Analyse
  • L’acte de naissance de la sœur d’Ali Bongo © 2015 D.R./Info241
Publié le 14 octobre 2015 à 07h32min

L’affaire défraie à nouveau la chronique de l’épineux dossier de la filiation controversée d’Ali Bongo, le président actuel du Gabon depuis 2009. Une photographie publiée lundi dans l’intrépide hebdomadaire Echos du Nord, révèle l’acte de naissance de la petite sœur d’Ali Bongo, Okonkwo Annick Ngozi née à 115 jours d’intervalle, soit tenez-vous bien, 3 mois et 23 jours !

La photographie de l’acte de naissance d’Okonkwo Annick Ngozi certifié conforme par les autorités gabonaises

Cette preuve a été divulguée par Pierre Péan sous le coup d’une poursuite judiciaire en France après la parution de son brûlot qui mettait en cause la filiation d’Ali Bongo comme provenant du Biafra, une région orientale dissidente du Nigéria à l’origine d’une guerre civile sanglante qui avait contraint à l’exil plusieurs de ses habitants entre le 6 juillet 1967 au 15 janvier 1970.

Lire aussi >>> Nouvelles affaires africaines, un nouveau livre noir contre le pouvoir d’Ali Bongo

Contrairement à Ali Bongo qui serait né à Brazzaville (Congo) le 9 février 1959, sa sœur dont le patronyme est clairement ibo (nigérian), est elle née 4 juin de la même année cette fois à la maternité de Franceville. Joséphine Kama alias Patience Dabany avait clamé avoir mis au monde son fils aîné par césarienne, une technique chirurgicale visant à extraire un enfant de l’utérus maternel par incision de la paroi utérine. Après une telle intervention, toutes les femmes et leur médecin vous diront qu’il est risqué d’enfanter de nouveau avant plusieurs années soit une moyenne de 3 à 4 ans. Les plaies d’une telle opération lourde prenant souvent jusqu’à deux ans pour totalement cicatriser.

Mais la mère d’Ali Bongo a défié les lois de la biologie humaine et fait ravaler toutes ces théories scientifiques à leurs auteurs, puisqu’elle mettra au monde 3 mois et 23 jours (retour des couches inclus) la petite sœur d’Ali Bongo. Une version qui donne allègrement du grain à moudre aux détracteurs du président Gabonais lourdement visé par ce scandale familial qui défierait désormais les connaissances scientifiques occidentales en obstétrique.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile