15:47

Malversations présumées

Interpellations d’Ajeviens : Nkoghe Bekale déclare la guerre à l’enrichissement illicite


Politique
  • Interpellations d’Ajeviens : Nkoghe Bekale déclare la guerre à l’enrichissement illicite © 2019 D.R./Info241
Publié le 19 novembre 2019 à 22h33min

Après le procureur de la République de Libreville, Olivier N’zahou, qui s’est exprimé laconiquement hier sur les interpellations de plusieurs haut cadres de l’administration gabonaise déchus, le Premier ministre gabonais a pris la parole à son tour ce mardi soir. Dans une déclaration aux allures de mise en garde contre la mauvaise gouvernance et l’impunité des cadres publics, Julien Nkoghe a clairement déclaré la guerre à la corruption et à l’enrichissement illicite. Dans l’oeil du cyclone de cette déclaration, les interpellations en cascade de plusieurs proches de l’ancien directeur de cabinet, Brice Laccruche Fargeon, limogé le 7 novembre mais promu au gouvernement.

Lire aussi >>> Malversations financières : les Ajeviens désormais traqués par la justice gabonaise

Évoquant des « soupçons » de corruption et d’enrichissement illicite d’anciens cadres proches du directeur de cabinet présidentiel déchus sans aucunement les désigner, Julien Nkoghe Bekalé a rappelé « que les dirigeants d’entreprises publiques et ceux de l’administration publique vont, dorénavant et plus que par le passé, devoir procéder à la reddition des comptes quant à leur gestion ». Avant de marteler : « Nous ne pouvons plus laisser des actes répréhensibles se perpétuer. Nous ne pouvons pas accepter l’impunité ».

L’intégralité de la déclaration du Premier ministre

Sans citer nommément les cadres Ajeviens déchus récemment qui subissent des interrogatoires musclées depuis mercredi dernier sur leur gestion, le Premier ministre gabonais s’est tout de même voulu rassurant quant à la chasse au sorcière prétendument en cours contre la galaxie Ajevienne. « Les diverses interpellations de ces derniers jours, qui ne sont nullement une chasse aux sorcières visant une quelconque catégorie de citoyens, s’inscrivent dans le droit fil de cet engagement du Gouvernement à lutter contre la corruption et l’enrichissement illicite », a-t-il ajouté.

Dans la désormais volonté du gouvernement gabonais de « bâtir une République exemplaire », le chef du gouvernement s’est dit « résolument engagé dans la lutte contre les actes répréhensibles de gestion, dans la lutte contre la mauvaise gouvernance, dans la lutte contre l’impunité ». Impunité qui a toujours caractérisé l’administration Bongo depuis l’arrivée au pouvoir d’Omar Bongo, le père d’Ali Bongo. Seule incompréhension dans tout ce remue-ménage assumé, le fait que Brice Fargeon promu ministre depuis, n’ait toujours pas été inquiété alors que ses hommes défilent devant la police pour corruption, malversations et enrichissement illicite.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile