Front social

En détresse, les employés du Méridien Ré-Ndama interpellent désormais Ali Bongo

En détresse, les employés du Méridien Ré-Ndama interpellent désormais Ali Bongo
En détresse, les employés du Méridien Ré-Ndama interpellent désormais Ali Bongo © 2020 D.R./Info241

L’accès à leur lieu de travail interdit hier jeudi 26 novembre, c’est dans la cour de l’agence CNSS juste en face, que le personnel de l’hôtel « le Méridien Ré-Ndama » de Libreville s’est regroupé pour dénoncer plusieurs traitements abusifs de leur employeur. Ils se définissent désormais comme « les sacrifiés du Covid-19 » eux-mêmes. Ceci, pour dénoncer un certain nombre d’abus sur leur traitement par leur employeur. Selon eux, il abuserait des mesures restrictives édictées par le gouvernement pour martyriser les employer de l’hotel.

Binto Media

En congés techniques depuis la mi-mars, Gaetan Ngaba, délégué du personnel et secrétaire général du syndicat des agents de l’hôtel méridien (SHAM) et les siens n’entendent plus se taire face aux abus dont ils disent être victimes de la part du groupe "Wally" qui gère leur structure.

Des "sacrifiés" du Covid-19

"Nous sommes ici réunis ce jour, uniquement pour attirer l’attention des plus hautes autorités de la République dont le chef de l’État. Nous alertons l’opinion face aux dérives que tente de nous infliger notre employeur qui tente de tirer profit de l’arrêté unilatéral n°0052 pris par le gouvernement 10 avril 2020, et qui devait encadrer les conditions de travail en temps de Covid comme ce fut le cas chez nous", a d’entrée déclaré Gaetan Ngaba.

Gaetan Ngaba, délégué du personnel

Avant d’ajouter : "Il devait être mises en place des commissions. Celles-ci devaient statuer afin qu’on aboutisse à ce qu’en lieu et place de nos salaires habituels, il nous fut reversé 50 à 70% de nos émoluments durant la période de congés techniques. Et la reprise normale de nos activités était clairement fixée entre la fin octobre et la mi -novembre en cours", assure Gaetan Ngaba.

En congé malgré la réouverture officielle des hôtels

Alors que le gouvernement a lui-même annoncé la réouverture des hôtels lors de sa conférence de presse du 16 octobre dernier, il paraît en effet curieux que les personnels du Méridien n’ont toujours pas repris le travail, bien que cet hôtel ne sert plus de structure d’accueil des mis en quarantaine Covid-19. Au nombre d’autres griefs lancés par le personnel contre leur employeur, leurs cotisations pourtant régulièrement prélevées sur leurs salaires ne seraient pas reversées ni à la CNSS, ni à la CNAMGS au même titre que les prêts bancaires.

Or, constatent-ils, non seulement leur employeur accumule plusieurs retards de paiement de salaires, mais leur couverture médicale a été suspendue. « Il n’est dit nulle part qu’un employé cesse d’en bénéficier parce qu’il est simplement en congés techniques qui est différent d’arrêt du travail définitif », fait constater Gaétan Ngaba.

Un avenir en pointillé

Visiblement peinés et plongés dans une incertitude avérée quant à leur avenir au sein de leur entreprise, ces 169 familles qui craignent clairement le pire disent avoir pourtant été jusque devant la direction provinciale du Travail. Confrontés à leur employeur, ils soupçonnent d’ores et déjà un manque de clarté dans ce dossier au milieu duquel ils se sentent floués d’une part par la mollesse de la réaction des autorités compétentes déjà mises au courant et de l’autre côté, par un conseil d’administration qui les méprise.

S’acheminent-on vers un plan de licenciement au sein de cet hôtel qui a longtemps été l’un des fleurons de l’économie nationale au Gabon ? Rien n’est moins sûr. Surtout que de fortes et persistantes rumeurs font état d’un évident rachat de cette entité économique par de sulfureux richissimes hommes d’affaires venus Outre Atlantique. Une issue qui fâche au plus haut point ces nombreux compatriotes qui rejettent fermement une telle éventualité.

« Notre position est ferme. Nous avons passé pour certains d’entre nous, toutes nos vies ici. L’hôtel le Méridien Ré-Ndama fait partie de notre patrimoine national à tous. Il n’est donc pas à brader », tranchent-ils d’un ton sec. Quid de Pascal Houagni Ambourouet le ministre du Tourisme ? Affaire à suivre...


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article