23:49

Géologie

Découverte de macrofossiles datés de 2,2 milliards d’années au Gabon


Technologie
  • Le plus vieux cycle de reproduction asexuée de macro-fossiles découvert dans le Francevillien © 2017 D.R./Info241
Publié le 2 octobre 2017 à 06h43min

Une nouvelle découverte dans le bassin Francevillien au Gabon. Une équipe internationale de chercheurs ont découvert le plus vieux cycle de vie de macro-organismes connu sur terre d’âge datant de la période paléoprotérozoïque (2.2 Ga). La précieuse découverte a été notamment publiée dans le très important Journal international de géosciences (International Journal of Geosciences) du mois de septembre, comme le relève un communiqué officiel parvenu à la rédaction d’Info241.

Le plus vieux cycle de vie de macro-organismes connu sur terre d’âge paléoprotérozïque, celui d’Akouemma hemisphaeria, a récemment été mis en évidence par une équipe de 16 chercheurs gabonais, japonais, français et suédois, à la tête desquels les professeurs Ambroise Edou-Minko et Mathieu Moussavou de l’université des sciences et techniques de Masuku de Franceville (Haut-Ogooué).

L’équipe de chercheurs à l’origine de la découverte

Le Paléoprotérozoïque est la première ère du Protérozoïque. Elle s’étend de -2 500 à -1 600 milliards d’années. Cette époque est marquée par l’augmentation du taux d’oxygène, produit par des cyanobactéries. C’est aussi l’époque de l’apparition des plus anciens eukaryotes actuellement connus (les Grypania) et des plus anciens organismes multicellulaires, ceux du groupe fossile de Franceville.

Une colonie de macro-fossiles dénommée Akouemma hemisphaeria vient d’être décrite dans le bassin sédimentaire paléoprotérozoïque d’Okondja, au Gabon par une équipe internationale. Ces fossiles sont classés en deux groupes selon leurs formes sphéroïdales ou allongées. Les formes sphéroïdales sont composées de deux hémisphères et d’un disque médian. Certains spécimens de forme sphéroïdale passent progressivement aux formes allongées.

Ces formes allongées présentent deux « hémisphères », séparées par une surface médiane, et ont souvent plusieurs « pièces » ovoïdes attachées. Les échantillons allongés montrent à la fois des marques de croissance latérales qui suggèrent une tendance à la division. Les marques de croissance sont caractérisées par des allongements latéraux homogènes unidirectionnels et des protubérances latérales semblables à des bourgeons.

Les signes de division sont marqués par des sillons circulaires perpendiculaires à la direction de l’allongement, que nous avons appelés « sillons de constriction » dont les profondeurs sont fonction du degré de division du spécimen. Nous notons également des « plans de division » verticaux internes. Tous ces spécimens ovoïdes et allongés ont subi des déformations initiales importantes en raison principalement des compressions latérales mutuelles dans les lits tabulaires.

Les macro-organismes Akouemma hemisphaeria, qui étaient probablement des organismes sessiles primitifs, vivaient sur le fond marin ; ils constituent le plus vieil exemple connu sur Terre de macro-organismes montrant une croissance végétative dont la duplication se fait par bourgeonnement, allongement latéral et division. Les déformations latérales mutuelles qu’ils ont subies semblent être liées directement à leur croissance.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile