Crise sanitaire

Circulation inter-provinciale au Gabon : que dit l’arrêté du ministère des Transports ?

Circulation inter-provinciale au Gabon : que dit l’arrêté du ministère des Transports ?
Circulation inter-provinciale au Gabon : que dit l’arrêté du ministère des Transports ? © 2020 D.R./Info241

Depuis ce mercredi 1er juillet à 5h00, il est désormais possible de se déplacer « librement » sur l’ensemble du territoire national. Si la mesure a sonné la fin du confinement du Grand Libreville, elle est tout de même réglementée par l’arrêté n°57/2020/MTEIH. La rédaction d’Info241 revient sur le contenu de cet arrêté du ministère des Transports portant réglementation temporaire des transports routier, ferroviaire, et par voie d’eau, des passagers à l’intérieur du territoire national.

Que signifie la levée de l’interdiction de circuler librement entre les villes du Gabon décidée mardi par le gouvernement gabonais ? Selon l’arrêté pris en application de cette mesure par le ministre des Transports ce 30 juin, il faudra tout de même s’entourer de plusieurs préalables pour circuler sur l’ensemble du territoire national. Parmi eux, le test de négativité au Covid-19 qui devra dater de moins de 5 jours.

D’abord pour les transporteurs, selon l’article 2 de cet arrêté : "Les transporteurs doivent présenter à chaque embarquement, lorsque requis, un plan de répartition des sièges permettant aux autorités de régulation du transport routier, ferroviaire ou maritime, de s’assurer du respect des mesures de protection des passagers".

L’article 3 précise quant à lui que "l’embarquement d’un passager ne remplissant pas les conditions prescrites par le présent arrêté expose la compagnie de transport responsable à des sanctions administratives et à l’obligation de transporter, à ses frais, le passager non conforme, jusqu’à son point d’embarquement".

Pour le transport urbain et suburbain (article 4), le chargement de passagers dans les véhicules est limité comme suit :

  • neuf passagers maximum dans les taxis-bus de dix-huit places, plus le chauffeur ;
  • trois passagers maximum dans les taxis et « clandos », plus le chauffeur ;
  • seize passagers assis et sept passagers debout au maximum, pour les autobus de trente places, plus le chauffeur.

A l’article 5, il est stipulé que "les chauffeurs des véhicules de transport en commun restent tenus de porter des gants, des masques et d’être en possession des produits désinfectants". De plus, "Chaque client est tenu de se désinfecter les mains dès son entrée dans le véhicule et de porter un masque homologué".

Enfin, pour ce qui est du transport ferroviaire, par voie d’eau ou routier interurbain (article 6), les passagers sont tenus de respecter toutes les mesures de prévention contre la COVID-19, notamment :

  • présentant la preuve de leur négativité à un test RT-PCR de la COVID-19, effectué cinq jours au plus avant la date de l’embarquement ou du débarquement, par un centre agréé par l’Organisation Mondiale de la Santé.
  • porter un masque ;
  • présenter une température corporelle normale ;
  • se plier au protocole de distanciation ;
  • se soumettre et soumettre ses bagages au processus de décontamination mis en place dans la gare, la gare routière ou le port de débarquement.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article