Menaces politiques

Ben Moubamba au peuple gabonais : « Si vous ne me suivez pas vous allez tous mourir » !

Ben Moubamba au peuple gabonais : « Si vous ne me suivez pas vous allez tous mourir » !
Ben Moubamba au peuple gabonais : « Si vous ne me suivez pas vous allez tous mourir » ! © 2020 D.R./Info241

L’ancien vice-Premier ministre d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba, en exil en Russie est formel : l’avenir politique du Gabon ce sera lui ou le chaos. Celui qui dit être guidé par « la providence » a promis le malheur à ses futurs électeurs s’ils ne le suivaient dans son rêve du palais présidentiel. Des propos troubles et des menaces à peine voilées venant de celui qui disait sauver Ali Bongo et le Gabon en devenant vice-Premier ministre de son ancien rival politique, au plus fort de la crise post-électorale de 2016.

Bruno Ben Moubamba a-t-il encore toute sa tête ? La question devient impérieuse devant l’accumulation des propos irrévérencieux de l’ancien membre du gouvernement (2 octobre 2016 - 7 septembre 2017). Ce jeudi, l’ancien soutien d’Ali Bongo redevenu opposant après son éviction du gouvernement, a de nouveau émis des propos indignes, loin de la maîtrise langagière que l’on est en droit d’attendre d’un acteur politique qui a la prétention de vouloir diriger le Gabon.

Bruno Ben Moubamba posant fièrement au coté d’Ali Bongo

« Arrêtez de me négliger pour votre propre malheur ! », averti-t-il avec orgueil hier sur sa page Facebook. Avant de forcer la main : « Pour que le Gabon change rapidement, il faut déjà que les bantu acceptent enfin de me suivre ». Se présentant comme la seule alternative à la famille Bongo qui dirige le pays de père en fils depuis 53 ans, qu’il a pourtant servi durant 13 mois et vanté les mérites, Bruno Ben Moubamba dit désormais être le seul à pouvoir sauver le pays.

« C’est moi qui ai la clé du changement et du renouveau au Gabon ... et les idées ! Un point c’est tout ... », affirme-t-il sans sourciller. Avant de lancer des pics à ses rivaux de l’opposition : « C’est à moi d’assurer le nouveau leadership politique du Gabon en ces temps décisifs ou le pays a plus besoin de combattants stratèges que de sages soumis comme des moutons ». Et de clamer : « Donc, j’attends que les gens reconnaissent qu’ils n’ont pas de stratégie et que j’en ai une ».

Le post de l’ancien vice-premier ministre d’Ali Bongo

Une position de chef de l’opposition que l’ancien membre du gouvernement gabonais convoite depuis son exil russe. Et pour ceux qui n’adhérerons pas à son rêve de patron du pays, Moubamba leur prédit le pire : « Si vous ne me suivez pas vous allez tous mourir de toutes les façons dans les 10 ans qui viennent ». Arguant au passage, être « le seul (par un effet de la Providence) capable de joindre Emmanuel Macron, Donald Trump, Vladimir Poutine, XI Ping ou Angela Merkel sans difficulté ».

Voilà qui devrait plaire à ses futurs électeurs ! Rappelons que lors de la présidentielle controversée d’août 2016 pour laquelle il avait pris le parti d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba avait fini 3e avec... 0,53% des voix soit seulement 1 896 électeurs.La prochaine présidentielle sera-t-elle la bonne pour le célèbre inventeur de la « grève de la faim », comme arme politique au Gabon ? Wait and see.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article