10:51

Aumône gouvernementale

Après avoir failli, le Gabon veut l’aide de la Chine pour rénover le stade d’Angondjé


Sports
  • La poignée de main hier, entre le ministre des Sports et l’ambassadeur chinois au Gabon © 2019 D.R./Info241
Publié le 31 octobre 2019 à 17h59min

Le Gabon est décidément une nation à part. Après avoir obtenu gracieusement, au nom des échanges bilatéraux chino-gabonais la construction du stade d’Angondjé dont la partie gabonaise n’a pas assuré l’entretien depuis 2011, voilà que le ministre gabonais des Sports, Franck Nguema, réclame l’aide de la Chine pour le rénover. Le ministre a annoncé ses intentions hier lors d’une visite du stade de football en décrépitude au coté de l’ambassadeur de Chine au Gabon.

Alors que le gouvernement gabonais via l’une des nombreuses agences créées à l’occasion par Ali Bongo, a laissé dépérir le stade de l’amitié sino-gabonaise d’Agondjé (sud de Libreville), voilà que les autorités gabonaises appellent à nouveau la Chine à l’aide pour les aider à restaurer ce stade qui a servi notamment lors des CAN 2012 et 2017 de football que le Gabon s’était enorgueilli d’avoir organisé sur son sol.

Une vue de ce stade qui a perdu son lustre d’antan

En effet, c’est au cours d’une visite conjointe ce mercredi avec l’ambassadeur de Chine au Gabon, Changchun Hu, que le ministre des Sports Franck Nguema a annoncé la couleur à son hôte au nom de la « fraternité » qui lie les deux pays. Une autre démonstration de l’état d’assistanat permanent dans lequel vit l’Etat gabonais, faute d’une véritable vision sportive nationale adéquate. Sinon comment comprendre qu’après reçu ce joyau sportif, le Gabon n’ait pas trouvé les moyens d’en prendre soin à minima.

Le tweet du ministre des Sports à l’issue de cette visite avec son partenaire chinois

Et pourtant Ali Bongo avait lui, pris soin de mettre sur pied deux structures toutes spéciales, l’Agence nationale de gestion et d’exploitation des infrastructures sportives et culturelles (ANAGESEIC) et la Commission nationale d’organisation et de gestion des événements et manifestations à caractère national et international (CNOGEMCNI) pour éviter de les faire tomber dans l’oubli. Bilan des courses, ces deux structures sont elles aussi en liquidation et les stades du Gabon dont elles avaient la gestion, abandonnés à eux-mêmes à travers le pays.

Espérons simplement que ce qui est du stade d’Angondjé dont l’état de dégradation et de délabrement continuent de défrayer la chronique d’une faillite de l’Etat, la Chine pourra se montrer une nouvelle fois généreuse. Vu que le gouvernement gabonais et ses nombreux mécènes sont à sec. La chasse aux financements pour sauver ce stade est ainsi ouverte. Car c’est bien là, le triste bilan d’une gestion alambiquée et souterraine d’entités sportives qui ont fait faillite tant financièrement que sportivement.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile