Web-Stat analytics
Confinement partiel

Ali Bongo décrète un couvre-feu pour lutter contre la propagation du coronavirus

Ali Bongo décrète un couvre-feu pour lutter contre la propagation du coronavirus
Ali Bongo décrète un couvre-feu pour lutter contre la propagation du coronavirus © 2020 D.R./Info241

Au cours d’une seconde allocution sur la pandémie du coronavirus, Ali Bongo a annoncé ce samedi soir le « confinement partiel » du Gabon. Celui-ci entrera en vigueur ce dimanche par la mise en place d’un couvre-feu entre 19h30 et 6h00. Durant ces heures, les déplacements des Gabonais seront strictement interdits, a-t-il annoncé sans évoquer la durée initiale de cette mesure inédite.

Lire aussi >>> Le Gabon annonce un nouveau durcissement de ses mesures de riposte au coronavirus

« J’ai pris ce jour la décision de durcir et renforcer encore les mesures préventives destinées à freiner la propagation du virus sur notre territoire », a indiqué Ali Bongo après avoir annoncé l’existence d’un 5e cas de coronavirus dans le pays.

L’intégralité de l’allocution d’Ali Bongo

« Aussi, à compter du dimanche 22 mars et jusqu’à nouvel ordre, tous les déplacements sur l’ensemble du territoire national entre 19H30 et 6h du matin sont désormais interdits, sauf indication contraire », a-t-il annoncé. C’est la principale décision de ce discours qui intervient quelques heures après le décès d’un patient de 50 ans, mort des complications du coronavirus vendredi matin.

Réagissant aux critiques formulées hier, notamment par son rival Jean Ping, Ali Bongo a indiqué que « L’Etat est prêt à faire face à cette crise sanitaire mondiale ». Rappelons qu’en cas de symptômes, un numéro vert 1410 disponible tous les jours et à toute heure, été mis en place par les autorités. La prise en charge est totalement gratuite a-t-il martelé.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article