Administration publique

186 agents pénitentiaires gabonais intégrés à la Fonction publique après 4 ans sans solde !

186 agents pénitentiaires gabonais intégrés à la Fonction publique après 4 ans sans solde !
186 agents pénitentiaires gabonais intégrés à la Fonction publique après 4 ans sans solde ! © 2020 D.R./Info241

L’intégration à la Fonction publique continue d’être un véritable parcours du combattant pour nombre de gabonais pourtant formés et recrutés à la demande d’entités publiques. C’est le triste sort qu’ont connu 186 officiers opérationnels de la Sécurité pénitentiaire. Parmi eux 2 médecins capitaines et 184 officiers qui ne percevaient pas leur salaire depuis de très longues années.

Lire aussi >>> Le Gabon a employé durant 3 ans 1700 agents pénitentiaires sans leur verser de salaire !

Ces agents doivent leur intégration à la Fonction publique à la signature de deux décrets présidentiels n° 000229/PR et n° 000230/PR pris par Ali Bongo le 17 juillet 2020. C’est à l’appui de ces décrets que la ministre de la Justice, garde des Sceaux a pu enfin régulariser la situation administrative de ces agents en service dans les quelques pénitenciers du pays.

Grâce à ce sésame administratif, ces 186 agents pénitentiaires vont pouvoir avoir une cérémonie solennelle de ports de galons, 4 ans après de bons et loyaux services de l’Etat gabonais et de ses prisons. Un ouf de soulagement donc pour ces gabonais privés de salaire en raison des lenteurs administratives qui contribuent à leur précarisation et à entretenir les nombreux vices qui minent l’administration pénitencier.

Une fin heureuse qu’attendent plusieurs agents d’administrations publiques formés dans des écoles, puis intégrés à des fonctions où ils ne perçoivent que de pré-salaires dérisoires quant ceux-ci existent.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article