Portrait

Vicky Fournier, une des pionnières de la radio au Gabon

Vicky Fournier, une des pionnières de la radio au Gabon
Vicky Fournier, une des pionnières de la radio au Gabon © 2020 D.R./Info241

Au cours de l’année 1960, année d’accession pour le Gabon à la souveraineté internationale, des révolutions positives vont avoir lieu du côté de la gente féminine. C’est ainsi que l’on verra émerger des femmes de talent comme Vicky Fournier (1925-2016), qui marquera à jamais l’histoire de l’audiovisuel gabonais dont elle en est le précurseur.

Vicky Fournier voit le jour au cours de l’année 1925 dans la province de l’Estuaire à la Pointe Denis. Sa mère était myènè et son géniteur venait d’un pays qui a lui aussi été colonisé par des Européens : le Brésil. Du sang royal Pongwè coulerait dans ses veines car d’aucuns pensent que de par sa mère, les rois Denis Rapontchombo et Re Nda seraient ses ascendants. Elle est l’heureuse maman d’un garçon.

Les pionniers de l’audiovisuel au Gabon

Elle débute sa scolarité à la mission catholique Saint Pierre et est encadrée par les sœurs de ladite mission. Férue de lecture, elle obtient son Certificat d’études primaires et élémentaires (CEPE) ex Certificat d’études indigènes (du moins dans la forme) en 1941.

Sa mère alla tenter l’aventure au Cameroun, dans la ville de Douala, où elle eu un emploi dans un magasin huppé. Vicky rejoignit alors sa mère bien-aimée bien après et devint aussi vendeuse en magasin.

Engagement radiophonique

Au terme d’un séjour dans l’Hexagone, Vicky Fournier fait la rencontre de Jean-Félix Lassy (ex directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, membre du conseil municipal et maire délégué de Léon Mba à cette époque) dans un navire de transport qui les ramenait à Libreville. C’est surtout son aisance dans l’expression et sa voix de stentor qui captive l’attention que Lassy porte à cette admirable jeune femme. Il lui proposa d’offrir ses services à la radio car il lui dit sans sourciller « vous avez de la personnalité mais surtout votre voix est un gros atout ».

Vicky Fournier et un de ses collègues dans les locaux de Radio Gabon

Il faut souligner que sieur Lassy avait même consulté Léon Mba, maire de la commune de Libreville à l’époque, pour lui faire part de son indéfectible envie de faire passer à la radio, une femme qu’il trouvait exceptionnelle. Mais c’était mal connaître mademoiselle Fournier ! Elle déclina l’offre qu’elle trouvait pourtant alléchante. Jean-Félix Lassy fut obligé d’aller consulter la maman de Fournier pour qu’elle l’amène à accepter l’offre : ce que Vicky fit à la demande sa mère.

Parcours à la radio

Le 2 février 1960, Vicky Fournier débute son aventure à Radio Gabon en présentant la météo et en lisant les communiqués. Mais trouvant que son potentiel n’est pas totalement exploité, Agathe Okoumba d’Ekwastégué et Georges Rawiri l’avisent d’intégrer l’Office de coopération radiophonique (OCORA), le temps d’un stage, au sein de la capitale française.

De retour au Gabon avec une expérience supplémentaire acquise à l’OCARA et un professionnalisme mieux affiné, elle met en place une nouvelle méthode de travail et crée sa première émission de radio intitulée en 1961 « Le magazine de la femme ». S’en suivra d’autres magazines du même calibre comme « J’ai glané pour vous », « Faites votre marché », « Mwana magazine », « Regard sur l’enfance », « Evocation du temps passé » ou encore « Vous qui voulez savoir ». Il faut dire que « Tante Vicky », comme on l’appelait affectueusement, mettait déjà en avant une sorte d’émancipation féminine et se démenait bien souvent telle une furie face aux interlocuteurs qui avaient des positions opposées aux siennes sur bon nombre de sujets.

Mais son plus grand succès lors de son passage à Radio Gabon reste inéluctablement son originale programme « Elombè Sika, de la discussion jaillit la lumière ».La particularité de cette émission était qu’elle était faite de bout en bout en langue vernaculaire. Mais les thématiques de tous ses programmes traitent des ennuis sociaux que rencontraient le Gabon et plus souvent trait à la culture, aux enfants ou encore à la place de la femme dans la société.

Par la suite, elle sera affectée à la station de radio franco-africaine à variante panafricaine Africa n°1, après avoir passée 22 ans à Radio Gabon. En 1983 et au sein de cette station de radio, elle occupe le poste d’inspecteur de production. Elle se mue en animatrice et son ingéniosité accouche des radiodiffusions comme « De tout un peu », « Point de vue » ou « Vous qui voulez savoir ».

Apparition au cinéma

Elle a aussi joué dans plusieurs films dans lesquels elle s’est aussi distinguée par sa force de présence imposante. Vicky Fournier a côtoyé des plateaux de cinéma sous la direction du réalisateur Pierre Marie Dong dans des réalisations cinématographiques comme « Carrefour humain » en 1969. En 1978, les réalisateurs Pierre Mensah et Jean Marie Dong collaborent dans le film « Ayouma » et font appel à la sublime Vicky Fournier. Le scénario de ce film était assuré par Joséphine Bongo. La même année, elle joue dans le film du nom de « Ilombè » dont Pierre Mensah assure la réalisation. Dans le monde du septième art, elle ne s’était jamais imaginé le succès que lui apporterait ses apparitions à l’écran.

Retraite et disparition

En 1986, Vicky Fournier prend sa retraite après 36 ans de bons et loyaux services dans l’audiovisuel gabonais. Insatiable comme durant ses premiers pas dans la presse gabonaise, elle pense en avoir encore dans le ciboulot pour faire germer de nouveaux concepts « parce que j’ai toujours des idées à faire passer parce que j’aime parler pour partager », confie-t-elle.

Une des dernières interviews de cette pionnière

Nonagénaire et profitant de ses jours de vieillesse dans une modeste habitation de Libreville, Vicky fournier décède le 21 mars 2016 à 16 heures à l’âge de 91 ans. Elle laisse une marque impérissable d’abord dans l’estime et l’esprit des gabonais qui ont été bercés par ses différents talk-shows mais aussi dans la mémoire de ses collègues des stations de Radio où elle a travaillé avec panache notamment Radio Gabon et Africa n°1. Radio Gabon lui a dédié tout un auditorium en son honneur.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article