23:14

Hommage aux morts

Une marche blanche pour les victimes de la crise post-électorale gabonaise


Société
  • Une vue de la procession © 2016 D.R./Info241
Publié le 11 septembre 2016 à 09h30min

Une importante marche blanche en hommage aux victimes des violences post-électorales au Gabon, a été organisée hier à Libreville. La manifestation a eu pour point de rassemblement le QG de campagne de Jean Ping et a réuni un millier de personnes.

Plusieurs Librevillois ont tenu hier à rendre hommage aux disparus de la crise post-électorale née de la présidentielle gabonaise du 27 août. Un millier de manifestants ont arpenté les rues de Libreville pour marquer leur solidarité envers les disparus enregistrés au cours de la nuit sombre du mercredi 31 août. Cette nuit-là, l’armée gabonaise aurait tirée à balles réelles sur les manifestants qui contestaient l’annonce des résultats de la dite présidentielle.

Le film de l’hommage rendu aux victimes

Vêtus de blanc, des hommes, femmes et personnes âgées se sont retrouvées samedi après-midi au quartier général de M. Ping, où un pasteur évangélique a prononcé un office religieux dans une atmosphère calme de recueillement.

"En signe de paix"

Jean Ping, principal rival du président sortant Ali Bongo Ondimba à la présidentielle, a allumé une bougie sur un petit autel, aménagé en hommage aux « combattants de la liberté morts pour la patrie » et entouré de gerbes de fleurs. L’opposant, chemise et pantalon blancs, était accompagné d’autres anciens caciques du pouvoir ralliés à l’opposition qui ont soutenu sa candidature, notamment l’ancien président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama et l’ex-Premier ministre Casimir Oyé Mba.

Une vue de la marche blanche

Les militants ont ensuite trempé leurs mains dans des pots de peinture blanche et ont marché en procession sur quelques centaines de mètres le long de la voie rapide de Libreville, levant les mains « en signe de paix » et entonnant des chants religieux.

M. Ping, qui se proclame « président élu », a saisi jeudi la Cour constitutionnelle pour contester les résultats officiels et provisoires du scrutin présidentiel qui donnent la victoire à Ali Bongo d’une faible avance (environ 5500 voix).

Avec Belga


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile