00:26
URGENT >>>

Séraphin Moundounga interpelle « sur les menaces qui pèsent sur la paix et la stabilité au Gabon »


A paraître...

Une ancienne militante du parti d’Ali Bongo se confie dans un livre à charge


Culture
  • La couverture de "Gabon, pourquoi j’accuse..." de Laurence Ndong © 2016 D.R./Info241
Publié le 28 février 2016 à 15h48min

Le balai des démissions au sein du Parti démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) est loin d’avoir livré tous ses secrets. Quelques douze mois après sa démission du PDG, Laurence Ndong se confie dans un ouvrage inédit à paraître le 8 mars aux éditions L’Harmattan. Doté d’un titre très évocateur, "Gabon, pourquoi j’accuse...", l’ouvrage tente de mettre à nu, vu de l’intérieur, les travers du plus vieux parti hégémonique du Gabon.

L’auteure, Laurence Ndong, lève le voile sur cet empire politique du silence dominé par l’argent facile et la religion des détournements de fonds publics. Elle dévoile de l’intérieur, les mœurs peu reluisantes de la vie politique gabonaise. Tout un programme donc !

Draftée par Victoire Lasseni-Duboze en 1999, Laurence Ndong a fait son entrée dans le parti fondé un 12 mars 1967 par le président Omar Bongo, des cendres de l’ancien Bloc démocratique gabonais (BDG) qu’il avait lui, hérité du tout premier président du pays, Léon Mba.

Ancienne directrice générale adjointe de la Promotion de la Femme, Laurence Ndong débarque en France peu après 2002. En 2009, après la mort du président gabonais Omar Bongo, elle soutient son fils, candidat à sa succession. Un choix qu’elle regrette bien aujourd’hui. Nommée pour assurer l’intérim de déléguée fédérale de la fédération des femmes du PDG en France, elle fera face à une fronde de ses pairs.

Le livre de Laurence Ndong sortira le 8 mars 2016

Elle y déplore l’absence de ponctualité aux réunions, l’absentéisme chronique, l’utilisation de l’argent de la fédération au règlement de problèmes personnels... Elle découvre un milieu où la tendance était à la surfacturation sans devis préalable, à la gestion approximative des fonds du parti et des fonds publics...

Pour cette ancienne militante, la volonté de détourner le maximum de fonds publics est dans l’ADN des militants du parti-Etat, à la tête de ce pays pétrolier d’Afrique centrale depuis près d’un demi-siècle. Quand elle fait le bilan du mandat exécuté à la tête du pays par son candidat Ali Bongo qu’elle avait pourtant soutenu, elle est aussi désespérée qu’elle l’est de la vie réelle de ce parti. La cause de ce désastre politique est selon Laurence Ndong « l’enrichissement rapide et sans effort ». Face à cette politique « du ventre », que faire s’interroge t-elle ?

L’écriture a semblé la réponse à cette interrogation contre l’insouciance politique. Elle écrit donc contre cette misère politique qui lui fait peur pour l’avenir de son pays. Mais aussi, pour tenter de transmettre au lecteur la conviction profonde qui l’anime : changer de mentalité est encore possible. Lucide, elle a bien conscience que « les changements ne se produisent pas tout seul, il faut les faire arriver ».

Le jour de sortie de l’ouvrage a été savamment choisi pour son symbole : le 8 mars 2016, connu pour être la Journée internationale des droits de la Femme. Un ouvrage qui fera sans doute grincer des dents au Gabon en cette année électorale et pourrait bien faire jazzer les chaumières du PDG, qui célébrera 4 jours plus tard l’anniversaire de sa création.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile