Disparition inquiétante

Un ressortissant français porté disparu dans une forêt du Gabon !

Un ressortissant français porté disparu dans une forêt du Gabon !
François Blanca, l’exploitant forestier français porté disparu depuis mardi © 2020 D.R./Info241

L’affaire passe sous silence au Gabon. Pourtant, depuis le mardi 4 août dernier, François Blanca, ressortissant français installé au Gabon où il exploite le bois depuis quarante ans, est rentré en forêt ce mardi en fin de matinée sans y revenir. L’incident s’est produit au niveau du village Bengole, dans le département de la Noya à Cocobeach (Estuaire). Depuis plusieurs jours, les recherches engagés jusqu’alors restent infructueuses.

Mise à jour du 11 août 10h30 : François Blanca a été retrouvé hier, lundi, à 20 km du village Bengole (Estuaire). Il a été transféré depuis dans un centre hospitalier de Libreville pour des contrôles d’usage. Tout est bien qui finit bien.

Qu’est-il arrivé à François Blanca dans la forêt ce mardi ? La question suscite curiosité et inquiétude dans la contrée et particulièrement auprès des collègues et de la famille du porté disparu. Ce jour-là, François Blanca, responsable d’une entreprise forestière de la place et compagnon d’une ancienne ministre de la République, serait rentré en brousse dans un village de Cocobeach.

En compagnie d’un sujet de nationalité indienne de la société OLAM, il ne serait plus revenu avec ce dernier. Aussi curieux que cela paraisse, c’est à Libreville et non à Cocobeach, encore moins à Ntoum que l’Indien serait venu déclarer la disparition de celui qui l’accompagnait à environ 26 kilomètres dans la forêt de la Noya. Mieux encore, les premières déclarations de celui-ci ne semblent corroborer au point de convaincre les membres des équipes ayant été sur place pour des recherches.

En effet, déclarer que, parvenus à un certain niveau en brousse, alors que la route aboutissait à une impasse, François Blanca serait descendu du véhicule à bord duquel ils étaient et dont l’Indien était conducteur, pour se soulager s’avère bien maigre comme indice.

De là, de sérieux soupçons pèsent et épaississent le mystère. Sur le lieu supposé de la disparition, aucun indice. Ni son téléphone qui reste inaccessible, ni aucun de ses vêtements ou accessoires. Mises au courant, les autorités françaises, par le truchement de leur ambassade à Libreville mettent la pression et collaborent avec le gouvernement gabonais actuellement pour tenter de lever le voile sur cette affaire qui commence à faire jaser.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article