03:25

Discipline judiciaire

Un procureur de la République gabonaise écope de 3 mois de suspension à Oyem


Société
  • Fabrice Afane Allogo, le procureur suspendu, à son bureau en janvier dernier © 2017 D.R./Info241
Publié le 17 mars 2017 à 21h07min

Les responsables judiciaires gabonais sont-ils eux-mêmes des modèles de droiture ? La réponse pourrait être toute trouvée dans la juridiction d’Oyem (Woleu-Ntem, nord du Gabon) où le procureur de la République vient d’écoper une importante sanction disciplinaire en raison de nombreuses « opérations irrégulières » vis-à-vis des justiciables dont il avait pourtant juré de garantir la protection de l’Etat.

Depuis ce mercredi, le tribunal de Première instance d’Oyem (Woleu-Ntem) n’a plus de procureur ! Et pour cause, son titulaire Fabrice Afane Allogo, vient d’être suspendu par son supérieur hiérarchique de la Cour d’appel de la même localité, Eddy Minang. Fabrice Afane Allogo est frappé d’une suspension d’exercer de 3 mois en raison des doutes qui planent sur sa façon singulière d’interpréter la loi.

La hiérarchie judiciaire reprocherait au jeune procureur déchu, son « insubordination caractérisée », son absentéisme injustifié ainsi que des opérations de justice « irrégulières », selon la décision n°001/MJDHGS/CAJO/PG1 du procureur général, Eddy Minang, de la Cour d’appel d’Oyem.

La dernière « irrégularité » en date serait celle liée à une « saisie illégale de deux grumes ». Le jeune magistrat brillerait par une arrogance sans commune mesure et un goût effréné pour le luxe qui lui ont toujours valu tant les critiques que les admirations du public.

La mesure suspensive datée du 15 mars, prise pour une période de trois mois au cours de laquelle, l’indélicat-procureur sera privé de tout solde. Le quiproquo hiérarchique daterait de novembre-décembre dernier. Fabrice Afane Allogo aurait ensuite reçu de sa hiérarchie une demande d’explication restées infructueuse à propos de ses agissements singuliers à la tête de la juridiction judiciaire locale.

Une illustration parfaite du comportement des agents judiciaires qui au lieu de faire régner la loi, s’illustre par une interprétation cavalière de la justice au détriment des justiciables qu’ils sont censé protéger. La sanction qui frappe le haut fonctionnaire elle, ne durera que trois mois !

Avec GabonScoop


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile