06:33

Justice

Un leader syndical gabonais libéré après 3 mois de captivité judiciaire


Société
  • Le président de Dynamique unitaire recouvre enfin la liberté © 2016 D.R./Info241
Publié le 7 octobre 2016 à 07h18min

Le monde syndical gabonais souffle enfin. Emprisonné le 9 juillet pour avoir mis en place un organisme citoyen anti-régime, Jean Remy Yama, sociétaire de Dynamique unitaire (DN) l’un des plus imposant regroupement syndical du pays avait vite de la prison. Le leader syndical a été libéré hier après-midi après près de 3 mois d’emprisonnement.

Il avait été fait prisonnier politique avant même le début de la campagne présidentielle gabonaise. Jean Remy Yama a enfin recouvré la liberté hier à 17h après 3 mois de captivité judiciaire. Président de Dynamique unitaire (DU), le syndicat le plus puissant des fonctionnaires, sa libération a été saluée par ses pairs alors que certains y voient un signe d’apaisement des autorités gabonaises dans le but de parvenir à une rentrée scolaire sous de bons auspices. Car plusieurs syndicats du monde de l’éducation avaient appelé à son boycott si la libération du président du Syndicat national des enseignants chercheurs (SNEC) du Gabon n’était pas effective.

Plusieurs syndicats avaient appelés à la libération de Jean Remy Yama et des siens

Jean Remy Yama avait été arrêté le 9 juillet dernier après avoir organisé une manifestation publique contre le président sortant Ali Bongo. Lors de celle-ci, les autorités judiciaires l’avaient incarcéré pour disent-elles, avoir lancé des cailloux sur des agents de police. Un motif qu’a toujours réfuté le leader syndical qui a ainsi passé toute la campagne, l’élection présidentielle et son contentieux électoral sous les verrous, lui qui comptait bien y prendre une grande place avec la mise en place de « Témoins actifs », une organisation de la société civile qui devait veiller au bon déroulement de la présidentielle comme observateurs citoyens.

Lors de la manifestation du 9 juillet qui avait été dispersée par la police, plusieurs leaders syndicaux dont Jean Remy Yama avaient été interpellés. Il est donc le premier d’une longue série à en sortir alors que d’autres croupissent toujours emprisonnés dans les prisons Librevilloises.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile