13:04

Malversations financières

Un autre haut fonctionnaire gabonais démis de ses fonctions par Ali Bongo !


Société
  • Jacob Tsioba Thaty, le directeur général des Hydrocarbures déchu © 2017 D.R./Info241
Publié le 9 août 2017 à 17h47min

Le Gabon a décidément une classe dirigeante gangrenée par la corruption et les malversations financières en tout genre. Après plusieurs ministres placés à "Sans-famille", Ali Bongo vient de mettre un terme, par décret présidentiel daté de ce lundi, aux récentes fonctions de Jacob Tsioba Thaty comme directeur général des Hydrocarbures. Le désormais criminel financier se serait rendu coupable de plusieurs malversations qui auraient coûté plusieurs milliards de manque à gagner à l’Etat.

Nommé le 28 décembre 2016 lors d’un Conseil des ministres que présidait Ali Bongo, Jacob Tsioba Thaty est depuis ce 7 août, privé de son poste de haut fonctionnaire au très prisé ministère du Pétrole et des Hydrocarbures. Des mains d’Ali Bongo, celui-ci a dû même signer à la hâte, un décret présidentiel pour mettre fin aux fonctions de ce directeur général des Hydrocarbures, décidément tombé en disgrâce.

Pour expliquer la mesure radicale d’éviction, certaines sources évoquent des malversations financières dont l’ouverture d’un compte bancaire "secret" estampillé au nom de son ministère dans une banque commerciale. Ce, au mépris de la loi gabonaise qui impose que les comptes légaux et officiels des ministères soient logés soit à la Caisse de dépôt et de Consignation (CDC) soit directement au Trésor public.

C’est donc ce péché capital qu’aurait commis Jacob Tsioba Thaty. Ce qui lui faut donc le courroux des autorités gabonaises. Une version des faits circule également pour expliquer cette éviction soudaine. Celle-ci qui fait état de son implication présumée dans la publication de plusieurs factures faramineuses qui auraient fuité dans la presse. Ce serait donc en représailles à cet affront fait au ministre de tutelle, Pascal Houangni Ambourouet, que les casseroles de Jacob Tsioba Thaty auraient été ensuite transmises à la police.

Pour l’heure, Jacob Tsioba Thaty est donc un criminel financier comme l’administration Ali Bongo en compte par milliers. Rappelons que la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) avait indiqué en février dernier, que plus de la moitié du budget annuel du pays prenait chaque année des destinations inconnues avec l’aimable complicité de hauts commis de l’Etat. Cette donne continue donc bien d’avoir la dent dure dans un pays riche miné par la corruption et l’impunité d’Etat.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile