22:22

Disgrâce mortelle

Un ancien conseiller présidentiel d’Ali Bongo décède dans l’indifférence en France


International
  • Hervé Ndong Nguema en exil forcé, ne retournera au Gabon que dans un cerceuil © 2017 D.R./Info241
Publié le 12 septembre 2017 à 07h57min

Parmi les premiers soldats de l’Émergence prônée par Ali Bongo depuis son arrivée au pouvoir en 2009, Hervé Ndong Nguema est décédé dans la nuit de dimanche à lundi dans une demeure où il était hébergé à Épinay-sous-Sénart (France). Ancien conseiller d’Ali Bongo à la Présidence de la République gabonaise, Hervé Ndong Nguema était sous le coup d’un mandat d’arrêt international diligenté par les autorités gabonaises le contraignant à l’exil en France. En cavale et abandonné par ses anciens amis du pouvoir gabonais, qu’il n’avait eu du cesse de servir, Hervé n’était plus que l’ombre de lui-même.

L’ancien homme de main de Maixent Accrombessi n’est plus ! Ce soldat virulent d’Ali Bongo tombé en disgrâce s’est éteint dimanche en France. Depuis février dernier, il avait dû fuir le Gabon pour s’exiler en France en passant par le Cameroun voisin. Poursuivi par la justice gabonaise, il lui était reproché plusieurs délits sexuels dont ceux d’agressions sexuelles et viols sur mineurs et attentat aux bonnes mœurs.

Lire aussi >>> Hervé Ndong recherché pour proxénétisme, viols sur mineurs et plusieurs autres délits sexuels

Selon plusieurs sources, Hervé Ndong Nguema serait mort dans son lit. Il semblait s’être remis de ses récents ennuis de santé évoquant un diabète. « Il y a quelque temps, il a même été aperçu dans une discothèque avec des amis à Toulouse, dans le sud de la France. Rien donc n’augurait de sa mort prochaine », précisent nos confrères de Matin d’Afrique. Dimanche soir, il aurait pris congé de la compatriote qui l’hébergeait pour aller s’endormir. Hervé Ndong Nguema ne se réveillera jamais.

Hervé Ndong au sommet de son soutien à la politique sociale d’Ali Bongo

Tombé en disgrâce, la justice gabonaise reprochait à l’ancien conseiller d’Ali Bongo les chefs d’accusation de proxénétisme, agressions sexuelles, viols sur mineurs, détention de photographies à caractère pornographique et attentat aux bonnes mœurs. L’enquête diligentée par le B2 pourrait donc ainsi ne pas connaitre son épilogue. Il avait été depuis abandonné à lui-même. Seul quelques amis de la galaxie de Maixent Accrombessi lui venaient quelque peu en aide.

Lire aussi >>> Hervé Ndong, abandonné et traqué par le régime d’Ali Bongo qu’il a servi et défendu

Devenu riche grâce aux actions mafieuses, la propagande politique de l’émergence et ses relations au beau fixe avec l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo, Hervé Ndong Nguema était l’un des bras droit de Maixent Accrombessi qui d’ailleurs était le président d’honneur de son ONG Convergence pour l’unité. Ses ennuis avec le régime d’Ali Bongo avaient débuté après la chute de Maixent Accrombessi de son poste. Une fin tragique qui montre bien que le régime d’Ali Bongo est également sans pitié pour ses soldats.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile