12:30

Scandale

Sous la pression, le vice-président d’Ali Bongo renonce à l’achat de deux voitures grand luxe !


Société
  • Sous la pression, le vice-président d’Ali Bongo renonce à l’achat de deux voitures grand luxe ! © 2018 D.R./Info241
Publié le 30 juillet 2018 à 08h07min

Le vice-président du Gabon, Pierre-Claver Maganga Moussavou (66 ans) a finalement mis fin à ses envies de véhicules grand luxe en pleine austérité décrétée par les autorités gabonaises. Selon nos confrères de Matin d’Afrique qui ont dévoilé vendredi les factures de ces achats dispendieux de l’ancien opposant, les pressions notamment gouvernementales ont fini par le faire renoncer à deux des véhicules en cours de commande en Europe et au Moyen-Orient.

Pierre-Claver Maganga Moussavou aurait finalement renoncé à une partie de ses commandes de véhicules dispendieux devant garnir un parc automobile privé pourtant déjà doté de belles mécaniques grand luxe. Selon nos confrères de Matin d’Afrique, c’est Ali Bongo en personne qui serait intervenu pour faire entendre raison à l’ancien maire de Mouila.

Ainsi, le vice-président d’Ali Bongo aurait annulé la commande de sa Porsche Cayenne qu’il devait acquérir pour la modique somme de 500 millions ainsi qu’une Lexus toutes options pour sa femme Albertine Maganga Moussavou d’une valeur de 34,6 millions. Ce sera certainement pour une autre fois ! Des reculades auxquelles l’ancien opposant à la famille Bongo de père en fils a du renoncer sous la pression du scandale qu’a suscité les factures des précieux bolides de la garde robe privée de l’homme fort de Mouila.

Le véhicule destiné à son épouse dont le vice-président a dû renoncer

Outre ces véhicules annulés, Pierre-Claver Maganga Moussavou s’était déjà fait livré une Bentley Continental GT S8 qui ne l’aura coûté que 103 millions et une merveilleuse Mercedes-Benz de 50 millions. Une série d’achats effectuée curieusement qu’au lendemain de sa nomination en qualité de vice-président du Gabon par Ali Bongo. Des folies dont seules peuvent finalement se permettre les hommes politiques gabonais dont les émoluments et salaires sont tenus secrets et fixés à leur entière discrétion.

Pierre-Claver Maganga Moussavou plusieurs fois candidat malheureux à des présidentielles dont celle de 2016, avait terminé 5e avec 0,34% des suffrages. Il avait ensuite décider de rallier son ancien rival Ali Bongo. Un an plus tard en août 2017, Ali Bongo dont il était l’un des plus virulents opposants, l’avait récompensé en le nommant vice-président, une fonction restée vacante durant tout son premier septennat. Une promotion non obtenue par les urnes qui vaut bien un train de vie hors-norme pour celui qui était jusque-là difficile maire de la commune de Mouila (Ngounié).


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile