Web-Stat analytics
Sommet international

Sommet CEEAC : Ali Bongo, un come-back international sans triomphe

Sommet CEEAC : Ali Bongo, un come-back international sans triomphe
Sommet CEEAC : Ali Bongo, un come-back international sans triomphe © 2019 D.R./Info241

Victime d’un AVC en octobre 2018, Ali Bongo semble confiné au palais présidentiel de Libreville qu’il ne quitte plus pour ses apparitions publiques. Pour son « grand retour » sur la scène internationale après une absence de 14 mois, Ali Bongo a assuré le strict service minimum pour le 9e sommet de la CEEAC. Un événement marqué par un discours d’ouverture de moins de... 4 minutes. Coté convives, sur les 11 pays membres de cette communauté économique, seuls 4 présidents ont daigné faire le déplacement de Libreville ou plutôt du palais présidentiel.

Le 9e sommet de la CEEAC s’est déroulé hier sans grand engouement. Si tous les états membres ont été présents par l’entremise soit de leur chef de gouvernement (Cameroun et Guinée équatoriale) ou de leur ministre des Affaires étrangères (Congo, Burundi, Rwanda, Angola), le grand come-back d’Ali Bongo ne s’est fait que devant les présidents Idriss Déby Itno (Tchad), Faustin-Archange Touadéra (Centrafrique), Félix Tshisekedi (RDC), et Evaristo Carvalho (Sao Tomé-et-Principe).

Le palais présidentiel décoré pour l’occasion

Un menu présidentiel peu copieux pour la diplomatie gabonaise. Qu’à cela ne tienne, Ali Bongo a prononcé un discours d’ouverture de moins de quatre minutes, lisant celui-ci à l’aide de lunettes médicales. De plus, c’est un Ali Bongo de plus en plus amaigri qui s’est tenu devant le parterre d’invités. Une preuve que la maladie qui l’accable depuis plus d’an, a laissé de lourdes séquelles. Preuve de cette compassion pour le patient Bongo, l’homme a été chaudement applaudi lors de son apparition dans la salle des fêtes du palais présidentiel où se tenait la cérémonie.

Ali Bongo lors de la lecture de son discours

Alors que le conseil des ministres de la CEEAC s’est tenu lundi et mardi dans un hôtel de la place, le sommet lui s’est déroulé lui au palais présidentiel. Loin certainement de badauds et autres curieux qui auraient tenté de s’introduire sans invitation à cette messe diplomatique. Un come-back peu triomphant donc pour le président gabonais et le protocole qui ont tenu à millimetrer de bout de bout la cérémonie pour éviter toute surprise désagréable.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article