Transhumance politique

Serge Maurice Mabiala signe son grand retour dans l’opposition conviviale à Ali Bongo

Serge Maurice Mabiala signe son grand retour dans l’opposition conviviale à Ali Bongo
Serge Maurice Mabiala signe son grand retour dans l’opposition conviviale à Ali Bongo © 2021 D.R./Info241

Le congrès du Rassemblement héritage et modernité (RHM, opposition modérée) de ce 3 janvier a révélé au grand jour le retour du député Serge Maurice Mabiala au sein de l’opposition « républicaine », l’autre appellation dont se réclament les opposants devenus « conviviaux » au régime d’Ali Bongo. L’ancien ministre et cadre du PDG, a définitivement fait le choix de ne plus s’opposer frontalement à son ancienne famille politique. Serge Maurice Mabiala a ainsi rejoint la convivialité politique au régime Bongo, concept cher à l’opposant Paul Mba Abessolo aujourd’hui à la retraite.

Binto Media

Lire aussi >>> Les députés démissionnaires du PDG dénoncent « la dérive despotique » d’Ali Bongo

Serge Maurice Mabiala est officiellement depuis ce 3 janvier, le nouveau secrétaire exécutif du RHM, formation scindée en deux en 2019 entre Michel Menga M’Essone et Alexandre Barro Chambrier en raison de frictions idéologiques entre les deux hommes. Si la tendance Barro Chambrier s’est muée depuis en Rassemblement pour la patrie (RPM) et restée ancrée dans l’opposition, les membres du RHM étaient appelés à faire un choix de rejoindre au non le RPM.

Les anciens alliés Alexandre Barro Chambrier et Serge Maurice Mabiala

C’est ce qu’a fait Serge Maurice Mabiala par ailleurs, élu député du RHM du 1er arrondissement de Mouila (Ngounié) lors des partielles législatives d’août 2019 avant la scission. Craignait-il de perdre son mandat en rejoignant le RPM ? Rien n’est moins sûr vu qu’il a décidé de conserver ses fonctions provisoires de secrétaire exécutif du RHM pour lesquelles il a été confirmé dimanche, lors du congrès dit de clarification de ce parti. Parti dont le président Michel Menga M’Essone est membre du gouvernement d’Ali Bongo depuis mai 2018 après avoir quitté l’opposition « radicale » au régime Bongo.

Ce grand retour officiel de Serge Maurice Mabiala dans l’opposition conviviale n’a-t-elle pas à voir avec les poursuites, certes abandonnées, qui planeraient toujours contre lui ? La justice gabonaise l’avait en effet incarcéré durant 5 mois du 16 septembre 2015 au 15 janvier 2016 pour des accusations présumées de détournements de 1 987 milliards. Il s’en défendait en dénonçant un « dossier vide » et un procès politique pour avoir quitté avec d’autre le parti présidentiel.

Au jeu des alliances politiques controversées, Serge Maurice Mabiala a définitivement tourné le dos à Alexandre Barro Chambrier. Et de facto, préféré ne pas courir le risque de perdre son écharpe de député. Une prudence, signe que certains acteurs politiques gabonais ne sont opposés au régime demi-centenaire de la famille Bongo qu’en fonction de leurs propres intérêts privés. Le revirement du président du RHM et de son secrétaire exécutif de l’opposition radicale à celle « républicaine » est encore malheureusement là pour en assurer la parfaite illustration.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article