Front social

Reprise des cours post Covid-19 au Gabon : la Conasysed pose ses conditions !

Reprise des cours post Covid-19 au Gabon : la Conasysed pose ses conditions !
Reprise des cours post Covid-19 au Gabon : la Conasysed pose ses conditions ! © 2020 D.R./Info241

La reprise des cours pour les classes de terminales décidée le 30 juin par le gouvernement gabonais promet d’être agitée et fortement perturbée. Hier à la faveur d’un point de presse, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) a dit refuser « d’accompagner le gouvernement dans l’accomplissement du génocide scolaire actuellement en cours ». La redoutable confédération syndicale des enseignants du Gabon pose de nombreux préalables à la reprise des cours prévue ce 20 juillet.

La reprise des cours post-Covid limitée aux classes de terminales promet d’être mouvementée. Ce jeudi, le délégué général de la Conasysed, Louis Patrick Mombo, a convoqué la presse pour l’édifier sur cette reprise des cours, annoncée le 30 juin par le ministre de l’Education nationale. Tout d’abord, la Conasysed dit n’avoir pas compris que les classes avec examens de 5e année et de 3e aient été exclues de l’agenda de reprise. Déplorant ainsi « l’annulation des examens du Certificat d’Etudes Primaires (CEP) et du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) ».

L’intégralité de la déclaration de la Conasysed

Aussi, exige-t-elle du gouvernement « l’organisation de tous les examens et concours nationaux et au maintien de toutes les disciplines qui composent ces examens et concours ». En cas de refus du gouvernement d’accéder à leurs « préoccupations urgentes », la confédération de syndicats d’enseignants menace de « demander aux enseignants de ne pas reprendre les cours le 20 juillet et de ne pas prendre part à l’organisation du Bac », a martelé Louis Patrick Mombo.

Parmi ces « préoccupations urgentes » posées par la Conasysed figurent en bonne place :

  • la maîtrise de la pandémie COVID-19 avant toute reprise des cours ;
  • l’administration d’un remède à titre préventif et curatif tel que la Fagaricine, le Covid organic ou l’Apivirine à toute la population gabonaise en général, et aux enseignants et élèves en particulier ;
  • le suivi du respect de toutes les mesures barrières par les populations ;
  • l’organisation du CEP, du BEPC et de tous les examens de l’enseignement technique et professionnel, et de la formation professionnelle ;
  • le paiement intégral des vacations 2018 et 2019 ;
  • l’octroi de l’indemnité COVID-19 aux enseignants qui reprendront les cours, car ils seront exposés aux risques de contamination de la maladie.

De plus, la Conasysed a promis ester en justice « les responsables d’administration conformément à l’article 6 de l’arrêté n°0055/MFPTFPDS du 30 avril 2020 fixant les modalités dérogatoires du travail dans les services publics non essentiels pendant la période de l’Etat d’urgence lié au COVID-19 ». Celui-ci dispose notamment que « les responsables d’administration sont tenus de veiller au strict respect des dispositions prévues par le présent arrêté sous peine d’engager leur responsabilité civile et pénale en cas de constatation de non-respect par leurs agents desdites mesures ».


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article