Front religieux

Réouverture des églises : l’archevêque de Libreville persiste et signe, ce sera le 25 octobre !

Réouverture des églises : l’archevêque de Libreville persiste et signe, ce sera le 25 octobre !
Le ministre de l’Intérieur Lambert Noel Matha (gauche) et le patron de l’église catholique au Gabon Jean Patrick Iba-Ba © 2020 D.R./Info241

Le bras de fer entre le gouvernement et les leaders religieux promet d’être épique. Alors que les autorités gabonaises refusent toujours l’ouverture des lieux de culte en raison de la pandémie de coronavirus pourtant en chute libre, les responsables religieux ont d’ores et déjà annoncé la date de la réouverture des lieux de culte, au nez et à la barbe des autorités qui jouent la montre depuis 3 mois. Une position renouvelée ce mardi par une note officielle de l’archevêque de Libreville qui confirme la reprise des messes catholiques à compter du 25 octobre !

Dans une note d’information intitulée “Annonces en vue de la célébration de la messe du 25 octobre 2020” parvenue à notre rédaction cet après-midi, Jean Patrick Iba-Ba, l’archevêque métropolitain de Libreville confirme ce qu’avaient déjà annoncé depuis Oyem, les Monseigneurs Jean Vincent Ondo Eyene et Mathieu Madega : la réouverture des lieux de culte se fera le 25 octobre.

La note valant calendrier de réouverture des églises catholiques

En effet, le 4 octobre dernier, à l’occasion de la clôture d’une de leur session extraordinaire, les prélats du Gabon avaient, dans une communication conjointe, fait part de leur intention de procéder à l’ouverture des églises dès le 25 de ce mois. Une décision unilatérale qui prend le gouvernement à contre-pied alors qu’il vient de proroger de 45 jours un état d’urgence qui continue de priver les chrétiens de la manifestation de leur foi en assemblée.

Après la virulente homélie de monseigneur Jean Vincent Ondo Eyene, évêque d’Oyem, le clou fut enfoncé par Mathieu Madega qui officie à Mouila. Le ton était haut et solennel. Ce qui a sans doute motivé la sortie du collectif des églises dites de réveil qui ont emboîté le pas trois jours plus tard. Avec cette annonce du patron de l’église catholique du Gabon, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la volonté de se lever et de marcher, telle qu’exhortée par le pape Jean Paul 2 lors de sa visite au Gabon en 1982, semble désormais effective.

Face à cette détermination d’une corporation qui se dit marginalisée depuis la mise en place des mesures restrictives dues à la lutte contre le coronavirus, et qui comme l’armée, est connue pour son mutisme légendaire et sa soumission au pouvoir exécutif, l’attitude du gouvernement gabonais est très attendue. S’aura-t-il entendre raison ou n’en fera t-elle qu’à sa tête comme aime t-il à s’illustrer ? Là est toute la question. Peut-être bien qu’avec un peu de jugeotte, le communiqué final du conseil des ministres de ce mardi tiendra en compte de cette colère de l’église qui peut constituer une bombe à ne pas laisser s’exploser.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article