11:34
URGENT >>>

Crépin Gwodock et le beau-père d’Ali Bongo humiliés à leur tour à Paris


Crime contre l’humanité

RDC : Au moins 42 fosses communes retrouvées dans les provinces Kasaï


International
  • Des femmes et des enfants congolais arrivent en mai 2017 à un point frontalier à Chissanda, en Angola, après avoir fui les violences dans la province du Kasaï, en République démocratique du Congo. Photo HCR/Pumla Rulashe © 2017 D.R./Info241
Publié le 10 juin 2017 à 06h30min

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein a appelé vendredi le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à établir une enquête internationale sur les violations graves des droits de l’homme survenues dans les provinces du Kasaï Central et du Kasaï Oriental de la République démocratique du Congo (RDC), y compris sur l’existence d’au moins 42 fosses communes.

Depuis août 2016, environ 1,3 million de personnes originaires des Kasaï ont été déplacées suite aux violences, alors que quelque 30.000 réfugiés ont fui vers l’Angola, a rappelé le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) dans un communiqué de presse.

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme en RDC (BCNUDH) a documenté 42 fosses communes, mais il est possible qu’il en existe d’autres. Selon les informations recueillies par les équipes du BCNUDH, des soldats des Forces armées de la RDC (FARDC) auraient creusé plusieurs tombes après des affrontements avec des éléments présumés de la milice de Kamuina Nsapu au cours des derniers mois.

Des cas d’exécutions sommaires et d’autres meurtres - y compris d’enfants - ainsi que des allégations de violence sexuelle ont été documentés depuis août 2016. Le BCNUDH continue de recevoir des allégations de violations graves des droits de l’homme, mais les contraintes de sécurité ont entravé la poursuite des enquêtes.

Le Haut-Commissaire a exhorté le gouvernement de la RDC, au début du mois de mai, à prendre une série de mesures pour s’assurer qu’une enquête crédible et transparente, respectant les standards internationaux et avec l’implication du BCNUDH, soit établie avant le 8 juin. Bien que le gouvernement ait demandé un soutien technique et les conseils du BCNUDH et de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), la réponse gouvernementale est à ce jour est insuffisante, selon M. Zeid, compte tenu de la gravité et de la nature généralisée des violations, et du besoin impérieux de justice pour les victimes.

La flambée des violences dans les Kasaï a débuté en août 2016
« C’est le devoir souverain du gouvernement de la RDC de mener des enquêtes judicaires sur les violations des droits de l’homme commises sur son territoire et nous continuerons à appuyer le gouvernement en fournissant des conseils et un soutien technique pour la mise en œuvre de ses obligations », a déclaré le Haut-Commissaire. « Cependant, les actes odieux commis dans les Kasaï semblent être d’une telle gravité, qu’ils doivent interpeller la communauté internationale, et en particulier le Conseil des droits de l’homme. L’ampleur et la nature de ces violations et abus des droits de l’homme et les réponses systématiquement insuffisantes des autorités nationales nous obligent à demander une enquête internationale pour compléter les efforts nationaux ».

« Nous avons un devoir envers les victimes et l’obligation d’envoyer un message aux auteurs de ces crimes que nous observons cela de près et que la communauté internationale s’engage pour mettre un terme à l’impunité endémique en RDC », a-t-il ajouté.

La flambée des violences dans les Kasaï a débuté en août 2016 lorsqu’un responsable coutumier a été tué par les FARDC. La milice de Kamuina Nsapu, nommée d’après son chef, a cherché à se venger de son meurtre en ciblant la police et les membres de l’armée, les institutions nationales et autres symboles étatiques, comme les bâtiments du gouvernement, les postes de police et les églises, et en recrutant des enfants pour rejoindre ses rangs.

Les FARDC auraient réagi aux attaques en lançant une contre-attaque extrêmement violente, notamment en tirant sans discernement à la mitrailleuse dans les villes où les milices étaient soupçonnées se cacher et en faisant du porte-à-porte pour traquer à mort les miliciens ou des sympathisants suspects.

Selon le HCDH, bien qu’un certain nombre d’enquêtes nationales aient été lancées sur les crimes allégués commis par Kamuina Nsapu, le gouvernement n’a pas mené d’enquêtes significatives sur la conduite de la FARDC et de la Police nationale congolaise.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile