14:02

Scandale

Présidentielle gabonaise : les observateurs européens étaient épiés par Ali Bongo


Société
  • Présidentielle gabonaise : les observateurs européens étaient épiés par Ali Bongo © 2016 D.R./Info241
Publié le 2 octobre 2016 à 14h35min

Le Gabon est décidément un pays à part. Ce dimanche, l’hebdomadaire français Le Journal du dimanche (JDD) nous apprend qu’au moins 6 des 60 membres de mission d’observation de l’Union européenne ont été mis sur écoute par les services secrets gabonais. L’un d’eux a même dû quitter le pays en raison de menaces de mort pesant sur lui grâce aux écoutes illégales pratiquées par le régime Bongo.

"Bongo sait qu’il a perdu..."

Le JDD révèle ce dimanche le contenu de quelques unes des écoutes commandées par les autorités gabonaises à l’insu des observateurs européens venus pour la présidentielle du 27 août. Des méthodes clandestines et illégales d’un régime qui ne se refuse rien dans son ambition de se maintenir au pouvoir depuis 1967. Au fort de cette crise, l’un d’eux a du faire ses valises du Gabon car craignant pour sa vie.

Une vue de la une du JDD du dimanche 2 octobre

L’enquête publiée aux pages 14 et 15 de l’hebdomadaire n°3638, évoque le contenu de ces écoutes diligentées par Ali Bongo et l’inversion des résultats de la présidentielle en leur possession. Ces écoutes retranscrites montrent bien que les observateurs craignaient pour leur propre sécurité et pronostiquaient déjà sur l’annonce de résultats truqués qui favoriseraient le sortant Ali Bongo.

L’un des observateurs écouté à son insu déclare notamment : « Bongo sait qu’il a perdu, mais comment il va faire pour annoncer qu’il a gagné ? ». L’un d’eux prophétise même cette inversion des résultats :"Y’a 3.000 voix d’écart qui seraient annoncées pour Bongo, alors qu’à l’origine y’avait 60.000 voix d’écart pour Ping. Comment faire avaler la couleuvre ?".

La double page consacrée aux écoutes des services secrets gabonais

La diplomatie plutôt que la transparence

Ces écoutes bien qu’illégales montrent l’hypocrisie que revêtait les déclarations diplomatiques de la mission d’observation européenne sur le hold-up électoral qui jouait pourtant sous leurs yeux. Mais aussi sur l’insécurité qui a clairement gagnés les Européens. La consigne aura été la suivante confie l’un d’eux : « Vous prendrez uniquement ce qui est indispensable. Pas de panique, mais vous vous doutez bien de ce qui va se passer. C’est évident ».

C’est surement au fait de ces échanges entre les membres de la délégation européenne qui sont accablants pour le régime d’Ali Bongo, que les autorités gabonais ont annoncé récemment l’ouverture d’une enquête de justice contre eux au Gabon.

Des révélations qui montrent bien que la communauté européenne est bien au fait du coup d’Etat perpétré à nouveau par Ali Bongo mais préfère calmer le jeu diplomatiquement, en laissant au peuple Gabonais le soin de vivre avec le tyran qu’il n’a pas élu. Un énième scandale dont le régime Bongo est depuis bien trop coutumier.

Cliquez sur l’icone pour télécharger l’enquête du JDD


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile