10:16

Transparence électorale

Présidentielle 2016 : le Congrès américain enjoint les autorités gabonaises au respect des règles démocratiques


International
  • Une vue Congrès des Etats-Unis © 2016 D.R./Info241
Publié le 15 juillet 2016 à 15h44min

Nouveau coup dur pour les autorités gabonaises à l’orée de la présidentielle. Le Congrès Américain a adopté la résolution n°821, dont une copie est parvenue à la rédaction d’Info241, visant à enjoindre le pouvoir gabonais à respecter les principes stricts de la démocratie et de la transparence lors de la présidentielle du mois prochain.

Ceci suggérant que celles-ci ne sont pas respectées par l’actuel régime dirigé par Ali Bongo, qui brille par de nombreuses arrestations et autres restrictions de libertés publiques des citoyens et des membres de la société civile et de l’opposition.

Une résolution visant à contraindre le gouvernement gabonais à respecter le jeu démocratique lors de la présidentielle a été adoptée le 12 juillet par le Congrès des Etats-Unis d’Amérique. Ce qui sonne déjà comme un véritable camouflet adressé aux autorités gabonaises pour les rappeler à leurs responsabilités avant et pendant la prochaine présidentielle qui s’annonce déjà majeure pour le pays.

Cette résolution relève plusieurs incohérences dans le processus électoral en cours et la démocratie au Gabon. Toute chose qui devrait à nouveau interpeller les autorités gabonaises qui se sont murées dans un objectif effréné de conservation du pouvoir au profit du seul Parti démocratique gabonais, au pouvoir depuis 1967.

En clair, cette résolution qu’Info241 a traduit en français pour nos lecteurs, vise à placer le gouvernement devant le feu des projecteurs d’une communauté internationale dont les Etats-Unis, pour l’indiquer qu’elle suit avec une attention particulière cette élection et ses enjeux pour la liberté et la stabilité du Gabon dans la sous-région.

Voici les conclusions de la résolution n°821 du 12 juillet du Congrès américain :

(1) demande au gouvernement gabonais -

(A) d’organiser des élections présidentielles ordonnées, pacifiques, libres et équitables en Août 2016, afin d’assurer la stabilité et la croissance à long terme du Gabon ;

(B) garantir une participation équitable et ouverte des partis d’opposition ; et

(C) garantir la liberté de parole et de réunion de tous les citoyens gabonais ;

(2) encourage la poursuite des efforts vers la consolidation de la démocratie à travers le renforcement du dialogue et des actions concrètes pour faire face au cadre constitutionnel et juridique des systèmes électoraux et soutient les organisations gabonaises qui travaillent à renforcer les processus démocratiques ;

(3) invite les citoyens du Gabon à participer pleinement et pacifiquement aux élections présidentielles ; et

(4) demande aux États-Unis et d’autres partenaires internationaux, des organisations non gouvernementales ciblées en particulier électorales, pour aider à créer un environnement qui facilite la communication ouverte, garantissant des élections libres et régulières, encourage la participation des électeurs, et favorise une société civile forte.

Cliquez ici pour consulter cette résolution, en anglais, sur le site du Congrès américain

Voici l’intégralité de cette résolution, traduite en français :

114TH CONGRESS - 2ND SESSION

H. RES. 821 : Exhortant le Gouvernement du Gabon de respecter les principes démocratiques au cours des élections présidentielles d’Août 2016.

DANS LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS
12 juillet 2016 - M. Smith du New Jersey (pour lui-même, M. Engel , M. Royce , et M. Meeks ) ont présenté la résolution suivante ; qui a été renvoyée à la commission des affaires étrangères.

RÉSOLUTION

Exhortant le Gouvernement du Gabon de respecter les principes démocratiques au cours des élections présidentielles d’Août 2016.

Considérant que les États-Unis ont des intérêts profonds de liberté politique, de stabilité démocratique et du leadership régional du Gabon ;

Considérant que le Gabon jouit d’un revenu par habitant quatre fois celle de la plupart des pays d’Afrique sub -saharien, mais à cause de l’inégalité des revenus élevés, une proportion importante de la population reste pauvre ;

Considérant que, malgré les conditions politiques limitées, la faible population du Gabon, d’abondantes ressources naturelles, et l’aide étrangère considérable ont contribué à en faire l’un des pays africains les plus stables ;

Considérant que le Gabon a obtenu son indépendance de la France en 1960 et Omar Bongo Ondimba est devenu président en 1967, solidifiant le Parti démocratique gabonais (PDG) a imposer son pouvoir depuis ;

Considérant que Gabon a adopté une constitution en 1991 qui a formalisé un système multipartite et a imposé une limite de mandat présidentiel à deux termes ;
Considérant que la constitution a été modifiée pour supprimer la limitation des mandats présidentiels en 2003 ;

Alors que le président Omar Bongo Ondimba est mort en Juin 2009 après plus de 40 ans au pouvoir, a fait de lui en Afrique l’un des plus ancien des chefs d’Etat ;

Considérant que, suite au décès du président Omar Bongo Ondimba, les élections ont été organisées à la hâte en Août 2009 dans lesquelles le fils de l’ancien président, Ali Bongo Ondimba, a été élu avec 41 pour cent des voix ;

Considérant que la légitimité des résultats des élections de 2009 a été largement contesté par les partis d’opposition et la société civile, et a grandement accru les tensions politiques dans le pays depuis ;

Considérant que le Département d’Etat a indiqué que les élections de 2009 ont été en proie à des cas de manifestations destructrices, les violations des droits de l’homme, les irrégularités des listes d’inscription des électeurs, des sondages mal gardées, la censure injuste de la couverture des informations, et de la violence post-électorale ;

Considérant que le Gabon est prévu d’organiser des élections présidentielles en Août 2016.

Alors qu’une élection libre et juste au Gabon revêt une importance régionale comme un exemple pour d’autres pays africains qui ont des élections prévues dans un avenir proche ;

Considérant que les citoyens du Gabon ont démontré leur soutien au processus démocratique et ont participé activement à des partis politiques et a des élections ;

Alors que les tensions au Gabon sont de plus en plus de protestations à propos du cadre juridique des élections, y compris le respect de la constitution et les lois en vigueur, l’indépendance des institutions dans le système électoral, le manque de limitations des mandats, et l’absence de représentation de la société civile dans les organes de gestion des élections ;

Considérant que, depuis l’élection présidentielle de 2009, des manifestations politiques ont été l’objet de tension et de violence, qui ont seulement été exacerbé par l’absence d’un accès égal aux médias publics et privés par les partis d’opposition et des organisations de la société civile ;

Considérant que certaines institutions innovantes au Gabon, tels que le Conseil national pour la démocratie (CND) et le bureau du Médiateur de la République, peut potentiellement jouer un rôle positif dans la promotion de la participation des citoyens aux élections et à faire avancer les principes démocratiques ;

Considérant qu’il est à craindre pour faute lors des prochaines élections, y compris la mauvaise gestion de l’inscription des électeurs, ce qui crée des obstacles à l’interrogation du jour de l’élection, et l’intégrité des résultats des élections :

Maintenant donc, que ce soit résolu, que la Chambre des Représentants -

(1) demande au gouvernement gabonais -

(A) d’organiser des élections présidentielles ordonnées, pacifiques, libres et équitables en Août 2016, afin d’assurer la stabilité et la croissance à long terme du Gabon ;

(B) garantir une participation équitable et ouverte des partis d’opposition ; et

(C) garantir la liberté de parole et de réunion de tous les citoyens gabonais ;

(2) encourage la poursuite des efforts vers la consolidation de la démocratie à travers le renforcement du dialogue et des actions concrètes pour faire face au cadre constitutionnel et juridique des systèmes électoraux et soutient les organisations gabonaises qui travaillent à renforcer les processus démocratiques ;

(3) invite les citoyens du Gabon à participer pleinement et pacifiquement aux élections présidentielles ; et

(4) demande aux États-Unis et d’autres partenaires internationaux, des organisations non gouvernementales ciblées en particulier électorales, pour aider à créer un environnement qui facilite la communication ouverte, garantissant des élections libres et régulières, encourage la participation des électeurs, et favorise une société civile forte.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile