16:04

Tournée républicaine

Pierre Claver Maganga Moussavou est-il réellement le vice-Président du Gabon ?


Analyse
  • Pierre Claver Maganga Moussavou est-il réellement le vice-Président du Gabon ? © 2018 D.R./Info241
Publié le 3 mars 2018 à 12h51min

La question mérite d’être posée au regard des balbutiements que revêtent l’actuelle tournée républicaine de Pierre Claver Maganga Moussavou. Commis par Ali Bongo pour aller prêcher depuis lundi le train à marche forcée de ses reformes à travers l’arrière-pays, l’opposant reconverti d’Ali Bongo passé dans son camp avec sa famille, est plus que jamais le parent pauvre de la République. Cela va des lieux de résidence du vice-Président à la froideur de l’accueil qui lui est réservé à chaque étape.

Lire aussi >>> Ali Bongo autorise son vice-Président à aller prêcher sa vision politique à travers le pays

Pierre-Claver Maganga Moussavou est en tournée républicaine depuis ce 26 février. Cette information ne semble pourtant pas faire les gros titres des médias pro-gouvernementaux. Mieux, il n’existe aucune image de ladite tournée dans la presse encore moins dans les canaux réguliers utilisée par la communication présidentielle, en pareille circonstance.

En clair, Pierre Claver Maganga Moussavou pourtant officiellement vice-Président du Gabon depuis août 2017, ne jouit pas de la puissance médiatique et logistique de la Présidence de la République. L’ancien opposant qui a juré « fidélité et loyauté » à Ali Bongo paie-t-il le prix de ses anciennes déclarations tapageuses contre son nouveau mentor politique ? On est en droit de le penser.

Une tournée fantôme

Depuis ce lundi, notre vice-Président est froidement accueilli dans chacune des étapes de cette tournée malgré la réquisition des autorités locales sommées de préparer son accueil. Déjà, le cher vice-Président n’est aucunement logé à la même enseigne que son homologue président. Il se déplace au moyen non pas de l’avion présidentiel mais d’un ATR de la Garde présidentielle qui a, en raison de son age, ses propres caprices de vol.

Lire aussi >>> Maganga Moussavou, vice-président d’Ali Bongo ou l’art de la trahison politique au Gabon

De plus dans chaque province visitée, l’Etat gabonais y dispose d’une résidence présidentielle. Celles-ci sont demeurées « indisponibles » pour le vice-Président qui a du composer avec des réservations d’hôtel. Ces résidences semblent pour ainsi dire la propriété exclusive du patron du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968). Maganga Moussavou l’aura à nouveau appris à ses dépends ainsi que de toute sa délégation.

Vicissitudes républicaines

De quoi réellement relancer la polémique sur la réelle utilité d’un vice-Président dans un régime hyper-présidentialisé au profit d’un seul homme, Ali Bongo. Maganga Moussavou qui a fait son entrée dans l’exécutif gabonais avec son fils aîné, Biendi, - nommé d’abord au PME et à l’Entrepreneuriat et depuis le 7 février à l’Agriculture - doit assurément apprécier sa collaboration politique tronquée au coté d’Ali Bongo et ses caprices structurelles légendaires.

Lire aussi >>> Les Maganga Moussavou : une famille gabonaise à la pensée politique versatile !

Ali Bongo semble ne pas vouloir partager ses charges avec quiconque encore moins avec un homme qui a récemment retourné sa veste pour venir le servir après la grave crise politique qui secoue le pays depuis la présidentielle d’août 2016. Une tournée républicaine qui se poursuit pour le vice-Président jusqu’au 9 mars, avec des moyens et une légitimé que n’a pas réussi à gagner Maganga Moussavou, arrivé 5e de la présidentielle avec 0,34% des suffrages derrière des personnalités comme Bruno Ben Moubamba (0,59%) et Raymond Ndong Sima (0,42%).


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile