12:15

Milieu carcéral

Perquisition : grosse opération de police à la prison centrale de Libreville


Société
  • Perquisition : grosse opération de police à la prison centrale de Libreville © 2018 D.R./Info241
Publié le 4 décembre 2018 à 07h32min

Ce lundi 3 décembre en matinée, un impressionnant dispositif sécuritaire constitué essentiellement des éléments de la gendarmerie nationale, a procédé à une série de perquisitions et de fouille à corps des détenus de la prison centrale de Libreville. Ceci, en présence du procureur de la République. Le but de la manœuvre : mettre la main sur des substances nocives et prohibées qui empoisonnent la vie carcérale.

Créée en 1956 avec une capacité d’accueil initiale de 400 personnes, la prison centrale de Libreville n’a pas connu grandes avancées. Au contraire, elle ploie sous le faix de la surpopulation carcérale, l’insalubrité criarde, l’absence d’eau potable et d’aération, l’exiguïté des pièces… Ce qui a pour particularité de faire se développer la pègre et des activités illégales auprès des détenus.

Suite à la demande du directeur de cet établissement pénitencier, les geôles dudit établissement se sont vues remuer de fond en comble, détenus après détenus, quartiers par quartiers… par les éléments de la gendarmerie nationale à qui, l’information parvenue par les soins du même directeur, faisait état d’éventuelles contrebandes et autres activités illégales liées au trafic des stupéfiants. Pratiques pourtant prohibées mais qui ont bien cours en milieu carcéral.

Une vue du butin retrouvé lors de cette fouille

Parmi les objets prohibés retrouvés chez les détenus lors de cette fouille générale on dénombre des armes blanches (couteaux, paires de ciseau, fourchettes ...), des stupéfiants (cocaïne, cannabis,...), des téléphones portables etc. Les téléphones portables retrouvés sur des détenus vont être réactivés, afin de retracer le fil des différentes communications émises ou reçues depuis le pénitencier.

Il faut dire que, depuis la mutinerie qu’à connu la prison centrale de Libreville en janvier 2009, les autorités compétentes ont pris des mesures strictes tendant à renforcer la sécurité que ne parvenait plus à garantir seule pas la sécurité pénitentiaire. Depuis, les éléments des forces de défense et de sécurité mutualisent leurs forces dorénavant aux fins de ne plus connaître les cas d’évasion et de débordements enregistrés auparavant.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile