Front social

Pénurie de denrées alimentaires : les commerçants annoncent la fin de leur grogne

Pénurie de denrées alimentaires : les commerçants annoncent la fin de leur grogne
Pénurie de denrées alimentaires : les commerçants annoncent la fin de leur grogne © 2020 D.R./Info241

Après plusieurs semaines de pénurie, les produits agricoles devraient regagner les marchés et autres étals du Gabon. Cette pénurie était consécutive à la grogne de commerçants qui entendaient protester contre les divers maux qui minent leur profession notamment les nombreux contrôles de police et douaniers sur la chaîne d’approvisionnement. Après une réunion avec les autorités, ils ont décidé vendredi de mettre fin à leur mouvement d’humeur. Un retour à la normale est ainsi prévu cette semaine.

« Tous les marchés, seront à nouveau ravitaillés à compté de cette semaine  » a rassuré Nestor Menié Me Ngomo, secrétaire général de la coopérative des commerçants grossistes du Gabon à l’issue d’une réunion de travail jeudi, avec le ministère de l’Agriculture vendredi dernier. Après celle-ci, la coopérative de commerçant s’est dite satisfaite des mesures prises par le gouvernement.

Les étals devraient être à nouveau ravitaillé dès ce lundi

Ces commerçants grossistes avaient décidé le 25 janvier, de suspendre leurs activités pour protester contre les nombreux contrôles d’agents de force de l’ordre et de douane érigés le long du tronçon Cameroun-Libreville. Il en existerait 31 postes de contrôle au total, d’après ces commerçants qui s’approvisionnent par le Cameroun.

Cette situation avait induit une pénurie de denrées alimentaires qui a fait disparaître des étals de Libreville bananes, oignons et autres fruits. Avec la fin de leur débrayage,
les populations attendent un retour à la normale dès ce lundi, tel qu’annoncé par les commerçants.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article