Après Gambie vs Gabon

Panthères du Gabon maltraitées en Gambie : la Fegafoot dénonce une « victoire usurpée »

Panthères du Gabon maltraitées en Gambie : la Fegafoot dénonce une « victoire usurpée »
Panthères du Gabon maltraitées en Gambie : la Fegafoot dénonce une « victoire usurpée » © 2020 D.R./Info241

De retour de Banjul où la sélection nationale de football du Gabon a subi un traitement des plus hostiles de la part de son homologue gambien lundi, la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) a tenu une conférence de presse mercredi à Owendo. Sans détour, le patron du football gabonais accuse la partie gambienne d’avoir fomenté toutes ces déconvenues pour affaiblir notre onze national. Avant de parler d’une victoire gambienne déloyale.



Tenue à son siège, la conférence de presse de la Fégafoot a battu le rappel de la presse sportive nationale et internationale. La salle était pleine comme un œuf. L’intérêt, faut bien le comprendre, était particulier après que des images dégradantes de la délégation gabonaise à Banjul aient fait le tour du monde lundi. Entouré notamment du coach Patrice Neveu, Pierre Alain Mounguengui, le président de la Fégafoot a tenu à faire la lumière sur la déconvenue des Panthères du Gabon en terre gambienne.

L’intégralité de cette conférence de presse

En match comptant pour pour la 4e journée de la phase des éliminatoires de la CAN 2021 au Cameroun, les Panthères du Gabon s’étaient rendues en Gambie dimanche soir. Malheureusement, cette expédition aura été punitive pour les gabonais à Banjul. Le monde entier découvre tard dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 novembre, des images insoutenables d’une sélection étalée sur les carreaux de l’aéroport de Gambie. Que s’est-il passé pour en arriver là ? C’est ce qu’a tenté d’expliquer Pierre Alain Mounguengui durant environ 2 heures devant la presse.

De tout son exposé avant de répondre aux questions des journalistes, il est ressorti que la sélection gabonaise a clairement vécu un cauchemar planifié d’avance par les responsables sportifs gambiens. Comme maître d’orchestre de cette inédite et déplorable situation qui a suscité l’ire à travers le monde, le président fédéral a plusieurs fois décrit un homme aux agissements complètement aux antipodes du fair-play sportif. L’ individu ainsi identifié qui a fait souffrir le martyr à tout un peuple n’est autre que le vice-Président de la Fédération gambienne de football. Général d’armée de son état. Un certain Bamba.

En effet, le calvaire des gabonais, selon Pierre Alain Mounguengui, a essentiellement tourné autour d’une exigence faite par la partie gambienne à ce que l’équipe gabonaise devait préalablement présenter leurs tests de négativité Covid-19 et en faire d’autres sur le sol gambien. Une sommation qui a paru très curieuse. Ce d’autant plus que durant son exposé, Mounguengui n’a jamais cessé de brandir un arrêté gouvernemental gambien qui ne conditionne nullement l’entrée sur le territoire gambien à la présentation d’un test Covid-19.

Comme si cela ne suffisait pas déjà, outre le fait qu’aucun officiel gambien ne soit venu accueillir leur homologue gabonais, comme il est de coutume avec tout le protocole d’usage circonstanciel en la matière, « la climatisation à l’intérieur de l’aéroport nous a même été coupée », s’est alarmé Pierre Alain Mounguengui. Entre fouilles humiliantes sur la personne du ministre des Sports gabonais Franck Nguema, allant jusqu’à le déchausser, la rétention inexpliquée des passeports et tout un tralala indescriptible, autant dire que la coupe était pleine.

Ce qui a amené l’orateur de la conférence de presse à déduire que : « Ce que les gambiens nous ont fait, a payé en leur faveur. Puisqu’ils étaient bien conscients de ce qu’en traitant les nôtres de la sorte pendant que leurs joueurs se reposaient dans leur sommeil, on arriverait sur l’aire de jeu, considérablement diminué par rapport à eux. Dès cet instant, je ne sais pas si on peut encore parler d’équité dans le jeu. D’ailleurs, si vous avez bien suivi le match, cela s’est bien fait sentir en seconde période de cette partie. Les corps accusaient la fatigue ainsi accumulée toute cette nuit de calvaire », dira t-il.

Des éventuelles conséquences liées à ce traitement d’un autre âge, le responsable sportif gabonais a répondu sournoisement que la Confédération africaine de football (CAF) qui d’ailleurs, se serait auto-saisie de cette affaire. Les décisions qu’elle jugera bonnes contre ces pratiques qui, a t-il déclaré, ont considérablement ternie l’image du football africain. Il a par exemple discrètement fait allusion à un retrait pur et simple des 3 points de la victoire gambienne sur le Gabon qu’il a implicitement qualifiée "victoire usurpée, à la déloyale".


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article