13:23

Justice

Oyaya, une autre « proie » de l’opération Mamba remise en liberté faute de procès


Société
  • Oyaya, une autre « proie » de l’opération Mamba remise en liberté faute de procès © 2019 D.R./Info241
Publié le 9 mars 2019 à 13h48min

L’opération Mamba censée juger les criminels financiers de l’administration gabonaise a définitivement du plomb dans l’aile. Lancée en grandes trombes en janvier 2017 avec des arrestations à en plus finir, l’opération judiciaire déclenchée par Ali Bongo n’est plus l’ombre que de lui-même. Dernier fait en date, la justice gabonaise qui peine à juger les victimes de l’opération mains-propres, a été contrainte jeudi de relâcher Landry Patrick Oyaya, l’ancien directeur général de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI).

L’ancien patron de l’ANGTI est libre de ses mouvements depuis ce 7 mars en attendant que la justice gabonaise le confonde des griefs portés contre lui lors d’un procès. Cette libération pour cause de procédure, montre bien l’emballement de l’époque à mettre aux arrêts des hauts responsables publics sans que le dossier d’accusation soit en effet riche de preuves.

Lire aussi >>> Détention préventive : Encore une « victime » de l’opération Mamba remise en liberté !

En effet, Landry Patrick Oyaya avait été arrêté fin mars 2017 en même temps que son collègue Grégoire Bayima, directeur général de l’Entretien des routes et aérodromes. Incarcérés le 3 avril de la même année, ils leur étaient reprochés des malversations dans le cadre de l’enquête concernant les travaux de réfection du pont de Kango. Un marché public qui aurait été attribué au groupe Santullo Sericom par des pratiques financières peu orthodoxes.

Lire aussi >>> Pont de Kango : Landry Patrick Oyaya dans les filets de l’opération Mamba

Depuis leur placement en détention préventive à la prison centrale de Libreville, aucun procès de justice n’est venu attester de leur culpabilité ou non. D’où cette remise en liberté provisoire, demandée et obtenue par Landry Patrick Oyaya et ses avocats. Une mesure judiciaire dont devrait également logiquement bénéficier son compagnon d’infortune Grégoire Bayima dans les prochains jours.

Landry Patrick Oyaya n’est pas la première victime à recouvrer la liberté dans le cadre de la très médiatique opération Mamba. Avant lui, l’ancien ministre du Pétrole, Etienne Ngoubou poursuivi pour détournement de fonds publics, avait réussi à forcer la main à la justice gabonaise. Tout comme dernièrement l’ancien directeur général de Satram-EGCA, le marocain Mohamed Aït Benali, incarcéré et remis en liberté faute de la tenue de son procès.

Une preuve de l’emballement judiciaire dans des affaires où les preuves manquent mais où la détention préventive a été érigée en loi au détriment de la présomption d’innocence ? Affaire à suivre..


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile