Bras de fer

Ouverture des lieux de culte : le gouvernement gabonais dit de nouveau non !

Ouverture des lieux de culte : le gouvernement gabonais dit de nouveau non !
Ouverture des lieux de culte : le gouvernement gabonais dit de nouveau non ! © 2020 D.R./Info241

À la faveur d’un point de presse tenu hier après-midi, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a mis en garde les responsables religieux qui envisageaient de rouvrir leur lieux de culte dès ce dimanche 27 septembre, avec ou sans accord du gouvernement. Un énième refus devant la grogne des leaders religieux qui attende depuis 3 mois la matérialisation de la promesse d’ouverture des lieux de culte dans le pays.

La fin de la privation de la liberté de culte par le gouvernement gabonais ne semble pas avoir d’horizon. En dépit de leur grogne régulièrement manifestée ces derniers temps, le retour à l’église ne se fera visiblement pas demain. C’est du moins ce que révèle en substance, le point de presse qu’à tenu Lambert Noel Matha ce samedi à Libreville en compagnie de son collègue de la Santé.

On le voit bien, la sortie du ministre d’État n’a pas été hasardeuse. Elle a lieu tout quelques heures avant que la menace d’un groupe de pasteurs dirigés par le l’archevêque Jean Baptiste Moulaka, ne soit mise à exécution. Le 12 septembre dernier, ces derniers avaient clairement menacé de rouvrir leurs différents lieux de culte. Une décision "unilatérale" que le ministre Matha a trouvé nécessaire de refroidir en rappelant l’ensemble des étapes qui, selon lui et le chronogramme arrêté par le gouvernement, ont été déjà franchies et seraient encore en cours d’examen.

De ses rencontres individuelles entreprises les 6,7 et 8 juillet 2020, a t-il dit, avant de rencontrer l’ancien premier ministre Julien Nkoghe Bekale, il a évoqué la mise en place d’une commission interministérielle qui était justement chargée d’examiner les conditions de reprises des activités. D’après le membre du gouvernement, le changement d’équipe gouvernemental aurait quelque peu retardé le processus en question qui n’a repris sur l’ensemble du territoire national que le 24 juillet.

Après le Grand Libreville les 25, 26 et 27 juillet derniers, ces missions d’inspections se poursuivent à l’intérieur du pays avec les comités techniques provinciaux. Ce sont leur rapport qui seraient encore attendus afin que soit décidé un déconfinement dans le secteur des églises, a-t-il indiqué.

Était-il besoin que le gouvernement gabonais engage tout ce protocole pour une décision qui ne dépend que d’une simple communication par voie de presse ?
Était-il nécessaire de conditionner une reprise de la pratique du culte à tout ce schéma quand on sait que le Covid-19 n’a eu que très peu d’impact à l’arrière-pays ?

Et que quand le ministre Matha justifie que les marchés soient des milieux ouverts, contrairement aux églises qui sont des milieux fermés, c’est à la limite risible. D’autant que les « hommes de Dieu » pourraient lui rétorquer "qu’en est-il pour les conseils interministériels et autres auditions devant le parlement où sont assemblés chaque jour plus d’une centaine de personnes".

Affaire à suivre...


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article