09:34

Notation économique

Moody’s dégrade la note du Gabon suite à un manque de liquidité qui s’exerce sur le gouvernement


Economie
  • Moody’s dégrade la note du Gabon suite à un manque de liquidité qui s’exerce sur le gouvernement © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 juillet 2017 à 21h32min

L’agence de notation économique américaine, Moody’s a abaissé la note de crédit attribuée aux dettes à long terme et celle aux dettes de premier rang non garanties du Gabon, de B1 à B3 assortie d’une perspective négative. Moody’s évoque deux raisons à la base de cet abaissement : la détérioration des finances publiques, en raison de la chute des prix du pétrole combinée à une capacité d’ajustement politique limitée et les pressions aiguës de liquidité qui s’exercent sur le gouvernement controversé d’Ali Bongo qui persiste à faire enrichir sa holding familiale Delta Synergie. 

Lire aussi >>>La dette publique gabonaise en forte hausse, franchit la barre des 4200 milliards

Rien ne va plus pour la trésorerie du gouvernement d’Ali Bongo, président contesté du Gabon. Moody’s, la très réputée agence de notation économique américaine a abaissé la note du Gabon à B3 avec des perspectives négatives. En effet, la chute des prix du brut a entraîné une baisse chronique des recettes qui sont descendues à 17% du PIB en 2016 contre 30% en 2013. Pour répondre à cette baisse, le gouvernement a fait face à un arbitrage difficile entre la réduction des dépenses, en particulier les dépenses en capital estimées à 7% du PIB en 2014, et soutenir ses secteurs non pétroliers, précise l’agence. 

Lire aussi >>>Delta Synergie : le règne du conflit d’intérêt et du délit d’initié perpétué par la famille d’Ali Bongo

Malgré cette situation calamiteuse des finances publiques gabonaises, l’omnipotence illégale de la holding familiale des Bongo, Delta Synergie, continue à piller tous les pans de l’activité économique gabonaise. Info241 a mis en lumière à travers plusieurs tribunes des cas de conflits d’intérêt, des délits d’initié, des prises illégales d’intérêts perpétués par Ali Bongo et sa famille durant plusieurs décennies. L’apôtre de ’’légalité des chances’’ semble omettre que la corruption abusive, les détournements des deniers publics et l’enrichissement illicite sont la marque de fabrique de son mandat présidentiel et du règne de sa famille Bongo Ondimba depuis plus de 50 ans au Gabon.

Lire aussi >>>Delta Synergie, ce scandale économique passé sous silence par la justice gabonaise

Bien que les déficits publics aient été relativement limités à environ 5% du PIB en moyenne sur 2015-16, cela n’a pas suffi pour s’acquitter des différentes obligations financières, alourdissant les arriérés du gouvernement. A leur tour, les arriérés ont affecté l’activité économique non pétrolière, grevant notamment la trésorerie des fournisseurs de biens et de services du gouvernement. 

Le profil de la dette publique s’est détérioré, atteignant 55% du PIB en 2016 contre 33%, deux plus tôt. Mais Moody’s estime que la dette publique devrait augmenter encore pour atteindre 57% du PIB en 2017. Les perspectives négatives, quant à elles, reflètent les incertitudes concernant la stratégie du gouvernement visant à refinancer la dette à échéance et à financer son déficit malgré le soutien des institutions financières. 

La capacité du gouvernement à refinancer sa dette intérieure qui a atteint environ 12% du PIB à la fin de 2016, est limitée en raison de la demande accrue de financement émanant des autres pays de la CEMAC, dont 5 sur 6 sont également exportateurs de brut. Les sorties du Trésor du Gabon sur le marché régional ont été particulièrement volatiles ces derniers temps et parfois bien en dessous de 100%.

En juin, le Fonds monétaire international (FMI) avait approuvé une facilité élargie de crédit de 642 millions de dollars au pays visant à assainir ses finances publiques et surtout stabiliser le niveau de la dette qui prenait un envol sans précédent.

Avec Ecofin


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile