14:38

Présidentielles 2016

Le rappeur gabonais Saik’1ry dézingue en musique « le bilan zéro » d’Ali Bongo


Culture
  • Le rappeur gabonais Saik’1ry dézingue en musique « le bilan zéro » d’Ali Bongo © 2016 D.R./Info241
Publié le 2 juillet 2016 à 13h44min

Le titre "Mister zéro" du jeune rappeur gabonais Saik’1ry, qui a été déjà écouté plus de 1916 fois et téléchargé plus de 5000 fois en 24h, défraie la chronique musicale du hip-hop gabonais. L’artiste gabonais interviewé par Info241 nous explique les contours de l’écriture et de la réalisation de ce titre à charge, qui passe en revue avec une tonalité satirique le bilan du septennat présidentiel qualifié de chaotique d’Ali Bongo.

Le titre ’’Mister zéro" réactualise en couleur hip-hop la dénonciation au perchoir du parlement gabonais, du député de Ngouoni (Haut-Ogooué), Idriss Ngari, 2e vice-président de l’Assemblée nationale, cadre du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), général d’armée, ancien ministre de la santé, des travaux publics, de l’équipement et de la construction qui avant son rétropédalage affirma dans une longue diatribe contre la gouvernance d’Ali Bongo ce qui suit : « On n’a pas besoin de cours de finances, macro, micro, les termes pompeux des ministres. Les Gabonais veulent du concret, des actes : l’eau, l’électricité, l’école, le logement, la santé. Les Gabonais ne comprennent pas vos discours livresques qui ne sont que du vent. Pourquoi le budget de fonctionnement ne tourne pas ? Il n’y a plus d’argent ? »

Interrogé par Info241, Saik’1ry, le jeune rappeur héraut de la nouvelle génération du hip-hop gabonaise qui récuse de monnayer leur art musical auprès du régime Bongo-PDG, nous a expliqué que « le titre hip-hop « Mister zéro » produit par Democrattmuzik (label indépendant) sur une musique d’un jeune beatmaker gabonais nommée Nostalzikbeatz est née du constat qu’après 7ans de la gestion du Gabon par de sieur Ali Bongo et compagnie, qui briguent déjà un autre septennat aucun bilan n’ait été dressé quand bien même les réalisations se font toujours attendre. »

Le titre ’’Mister Zéro’’

Lire aussi >>> http://info241.com/maat-seigneur-lion-devoile-en-musique-sa-lecture-de-la-crise,1713

En 2009 lors des élections présidentielles anticipées d’Août, ironise Saik’1ry « celui qui s’est fait appeler accidentellement et maladroitement le candidat des jeunes a fait plusieurs promesses dont le point angulaire était axé sur la jeunesse et un programme appelé l’avenir en confiance, qui visait à faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025. Après des élections marquées par des violences dont les tueries de Port-gentil, le coup d’état électoral consommé, Ali bongo a eu 7 ans avec d’énormes ressources financières pour mettre en œuvre son programme. On parle de 21000 milliards, malheureusement en faisant le bilan, il a menti et abusé des gabonais et mon rôle en tant que voix des sans voix est de dénoncer cela d’où le titre « Mister zéro » pour signifier la mauvaise gouvernance et le manque de résultat concret et satisfaisant de ce monsieur. »

Tout en poursuivant ses explications en disant ce qui suit : « ce que j’aimerai c’est que les jeunes gabonais deviennent exigeant et arrête avec cette légèreté qui consiste à vivre au jour le jour, car ce pays est le leur, le nôtre. Celui qui s’est fait appeler le président des jeunes n’a construit aucun nouveau lycée (zéro) aucune nouvelle université (zéro) celles qui existent sont constamment en grève et dépourvu de ressources nécessaires pour l’épanouissement intellectuel des étudiants, aucune bibliothèque (le ccf c’est pour la France), aucune salle de spectacle, aucun terrain de jeux pour que les jeunes arrêtent de remplir les bars et vivent plus longtemps et il parle d’égalité des chances, alors qu’il est lui-même le symbole de l’inégalité. »

Saik’1ry a affirmé sans ambages sa détermination à éveiller les consciences des jeunes à s’opposer à un deuxième mandat présidentiel d’Ali Bongo : « on ne peut pas accorder 7 ans de plus à une telle imposture, ce serait donner un coup de grâce à nos espoirs, nos rêves et celui des pères fondateurs de ce beau pays. Les questions que je soulève dans ce morceau sont essentielles et les gabonais se posent les mêmes questions : combien d’emplois créés ? Si ce n’est dans des corps habillés ou à l’armée. Aujourd’hui tous mes collègues étudiants restés au pays sont policiers ou gendarmes. »

Avant de poursuivre son interrogation qui marque sa déception et qui l’a exigé une réponse en artiste engagé pour la restauration de l’état de droit et la bonne gouvernance au Gabon : « Combien de gabonais ont pu trouver un logement descend après le mensonge des 35000 logements ? Combien de gabonais se soigne bien, eux même vont au Maroc ou en France pendant que les notre meurent encore d’une prostate ? Combien de gabonais mangent convenablement ou à leur faim, avec un pays qui a le PIB par habitant le plus élevé de l’Afrique subsaharienne ». Tout en indiquant, « à un moment il faut dire stop ! On veut un bilan des 7 ans de Mr Ali bongo et sa troupe d’étrangers qui n’en ont cure de notre pays, vu qu’ils n’y ont aucune attache, son équipe de la présidence est faite en majeur parti d’étrangers mafieux aux compétences douteuses. »

Selon Saik’1ry « aujourd’hui les jeunes sont unanimes, du moins la majorité, le pouvoir actuel doit rendre le tablier, il a échoué, nous voulons une alternance, peu importe la personne vu que ce sont les textes constitutionnelles que nous souhaitons voir changer afin que s’ouvre une véritable nouvelle ère dans notre pays, le chemin est long et nous savons qu’il ne voudra rien lâché, mais nous sommes déterminé il doit s’en aller, 50 ans de bongo et de statut quo c’est trop ! »

Avant de conclure notre entretien par un sursaut patriotique et une conscience républicaine à l’ensemble des artistes gabonais : « Je lance un appel aux artistes gabonais, arrêtez d’accompagner l’imposture par cupidité, voyez plus loin, ce pays a besoin de vous et de votre voix. Quand pendant 7ans aucune mesure n’a été prise pour vous et qu’a la veille des élections on vous appelle à la présidence pour vous faire des promesses c’est qu’on ne vous respecte pas. A bon entendeur..... »

Saik’1ry de son vrai patronyme Simon Epembia, frère cadet de Cam icône du rap gabonais, chef de file « du matiti-citoyen », est un artiste engagé, activiste, jeune diplômé en management des administrations publiques de l’Université Aix-Marseille. Il a sorti en 2015 la mixtape « BAT » qui a été le projet le plus téléchargé en 2015. Il prépare actuellement la sortie de son deuxième projet « Successtape », très présent sur les réseaux sociaux, il milite pour une alternance démocratique en Août 2016 au Gabon.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile