08:23

Discours à la nation

Mesures d’austérité : Ali Bongo croit savoir pourquoi « certains » gabonais s’y opposent !


Politique
  • Mesures d’austérité : Ali Bongo croit savoir pourquoi « certains » gabonais s’y opposent ! © 2018 D.R./Info241
Publié le 16 août 2018 à 22h47min

Ali Bongo a dans un discours à la nation, enregistré et diffusé jeudi soir, tenté d’assurer le service après-vente de ses mesures d’austérité, prises en raison de la mauvaise santé des Finances publiques. Disant assumer leur impopularité, Ali Bongo s’en est tout de même pris à l’"infime minorité" qui conteste toujours leur application : les syndicats de fonctionnaires. Ali Bongo n’a pas hésité à désigner ces réfractaires de sa politique comme étant à la l’origine de la mauvaise qualité du service public malgré la revalorisation salariale qu’il a affirmé avoir consenti à « certains ». « Ces professionnels de la contestation se reconnaîtront », a t-il lâché.

Alors que la dette du Gabon a explosé depuis son arrivée au pouvoir pour flirter désormais avec les 5 000 milliards de FCFA, Ali Bongo continue d’affirmer être sur la « bonne voie ». Pour lui, « Au moment où légitimement les Gabonais se plaignent du manque d’efficacité de leurs services publics, on refuserait les efforts qui permettraient d’améliorer la performance de ces services publics ». Des pics adressés aux syndicats opposés à ses reformes qualifiées de mesures d’austérité.

Et de poursuivre sur les « blocages » qu’il dit observer dans la mise en place de ses reformes : « Ils (les blocages, ndlr) sont le fait de ceux qui, ayant manifestement la mémoire courte, ont bénéficié d’une augmentation de près de 30 % de leur rémunération pour certains ». Et de s’interroger : « Depuis, y a-t-il eu amélioration de la qualité du service au public alors que les agents de l’Etat ont été fortement augmentés ? ».

L’intégralité du discours à la nation d’Ali Bongo

S’attaquant à la grève des médecins-fonctionnaires qui, rappelons-le, s’insurgent notamment contre la dette abyssale de 15 milliards de la CNAMGS due aux structures sanitaires publiques, Ali Bongo croit lui au contraire connaitre le véritable mobile de cette grève. « Est-ce pour les Gabonais qu’ils bloquent le fonctionnement de l’hôpital ou pour leurs intérêts ? Est-ce pour les gabonais que certains médecins détournent le matériel et les médicaments pour les revendre au prix fort dans les cliniques privées ? », s’est-il interrogé à haute voix. Avant de s’étonner : « Et pourtant on n’a jamais construit autant d’hôpitaux de dernière génération que depuis 2009 ». Les concernés apprécieront.

Idem pour les magistrats. « En ce qui concerne certains de nos magistrats, observe-t-on une plus grande célérité dans le traitement des dossiers des justiciables depuis qu’eux aussi ont bénéficié d’une revalorisation salariale ? », s’est-il encore interrogé. Avant de répondre à sa propre question : « Ne nous voilons pas la face. Chacun, en réalité, connait la réponse. Ceux qui se posent aujourd’hui en victime ou, mieux, en défenseurs du service public en sont en réalité les bourreaux. Ceux-là voudraient que rien ne change car, pensent-ils, il n’en va pas de leurs intérêts ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile