13:28

Crise post-électorale

Match Gabon-Maroc : entre rencontre sportive et impopularité d’Ali Bongo


Analyse
  • L’amorce de la rencontre entre les deux pays © 2016 D.R./Info241
Publié le 10 octobre 2016 à 09h16min

Un match comptant pour la dernière phase des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 a eu lieu samedi à Franceville entre le Gabon et le Maroc. Au-delà du football, se jouait également la crise post-électorale gabonaise et la popularité d’un président élu à la seule discrétion de la Cour constitutionnelle, présidée par la belle-mère d’Ali Bongo. Le régime a donc sorti les artifices pour convaincre l’opinion de la popularité d’Ali Bongo qui était aux premières loges de cette rencontre.

Lire aussi >>> Les Panthères du Gabon mordues par les Lions de l’Atlas à Franceville

Un stade quasiment vide

Pour ce faire, les autorités gabonaises ont usé de moyens colossaux pour faire mentir certains activistes qui avaient appelé au boycott de ce match. Selon nos sources sur place, les Altogovéens ont bénéficié de la gratuité des billets d’entrée au stade. Un riverain de Franceville a d’ailleurs témoigné sur l’affluence constatée samedi après-midi au stade.

« Au début l’entrée était payante voici pourquoi il y avait pas beaucoup de monde. A la fin de la première mi-temps, il paraît que le PR (Ali Bongo, ndlr) s’est fâché. Il a dit de faire venir tout le monde au stade, et qu’on ne devait plus payer l’entrée. Il faut que le stade soit plein. Moi je suivais le match en case. On est venu nous chercher. on devait take (récupérer, ndlr) le gain après. Mais à la fin, ils viennent nous dire que notre gain c’est l’entrée que le PR a payé. Après les autres sont allés au bar, moi j’ai refusé. Je suis rentré a la maison », a indiqué Rodrigue.

D’autres spectateurs auraient été transportés gratuitement depuis Libreville, les villes et villages environnants, selon d’autres sources. Une liste de présence aurait même circulé pour les employés de l’administration publique venus depuis Libreville, à la demande du Premier ministre.

Malgré toutes ces stratégies déployées par le camp d’Ali Bongo pour faire du beau monde, le public a clairement boudé le match. En effet, beaucoup d’Altogovéens n’ayant pas digéré la forfaiture de la réélection d’Ali Bongo, ont jugé utile de manifester leur mécontentement en restant cloîtrés chez eux. Serait-ce un signal fort que montre cette population à l’endroit d’autres communautés ?


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile