20:32

Mesures d’austérité

Marche noire : le gouvernement gabonais dénonce un « entêtement » et dénombre 26 interpellations


Politique
  • Des manifestants savourant leur libération hier du commissariat central de Libreville où ils étaient interpellés © 2018 D.R./Info241
Publié le 29 août 2018 à 07h13min

Alors que le gouvernement gabonais continue d’empêcher toute marche de contestation de ses mesures d’austérité contre les fonctionnaires, le ministère de l’Intérieur a tenté hier d’expliquer son interventionnisme et les nombreuses arrestations de manifestants intervenues hier au rond-point de la Cité de la démocratie. Dénonçant un « entêtement » de la confédération Dynamique unitaire (DU) pour l’organisation de cette marche « noire » de protestation, le ministère de l’Intérieur a reconnu 26 interpellations et salué, comme désormais de coutume, « le professionnalisme et la retenue dont ont fait preuve les Forces de l’ordre ».

Alors que dans sa déclaration du 27 août, le ministre gabonais de l’Intérieur Lambert-Noel Matha n’avait aucunement évoqué les raisons l’interdiction de la manifestation syndicale prévue hier sur l’ensemble du territoire national, le communiqué de presse parvenu hier à la rédaction d’Info241 est désormais moins laconique indiquant que Dynamique unitaire n’aurait pas « demandé » une « autorisation de manifester » que les autorités auraient là encore assurément refusée.

Lire aussi >>> Marche noire de Dynamique unitaire : pluie d’arrestations « arbitraires » de la police gabonaise !

« Il y a une dizaine de jours, le Ministre d’Etat avait fait ajourner une marche projetée par les mêmes regroupements syndicaux car, le problème posé par eux est toujours pendant devant la Cour Constitutionnelle, les organisateurs de cette manifestation n’ont pas cru nécessaire de saisir à nouveau les services compétents pour l’organisation de ladite marche », se justifie le communiqué du service de presse du ministère de l’Intérieur.

C’est donc par voie de presse que les services de Lambert-Noel Matha aurait appris « que la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire et compagnie se proposaient d’organiser une marche simultanément à Libreville et à l’intérieur du pays, le mardi 28 août 2018 dès 8 heures ». Ce qui a contraint « le Ministère de l’Intérieur, en sa qualité de garant des libertés individuelles et de l’ordre public » d’interdire l’organisation de cette manifestation. Sous-entendu que ladite marche constituait une entrave aux « libertés individuelles » et troublerait de facto « l’ordre public ».

Et le communiqué de poursuivre : « En dépit de cette interdiction, ce mardi 28 août 2018 aux environs de 7h45 minutes, au lieu-dit rond-point de la démocratie, point de départ de cette marche interdite, les Forces de sécurité ont été déployées pour empêcher tout rassemblement. Après plusieurs sommations verbales les invitant à libérer la voie publique, quelques personnes ont tenu à tout prix à marcher ».

Et le ministère de l’Intérieur de dénoncer l’entêtement de Dynamique unitaire. « Face à cet entêtement, les Policiers préposés, sans avoir fait usage de la force, ont interpellé 26 personnes qui ont été conduites à la Préfecture de police de Libreville. Ces personnes ont été identifiées à tour de rôle puis libérées ». Avant d’appeler « aux uns et aux autres l’impérieuse nécessité de se conformer aux lois et règlements en vigueur ».

Voici l’intégralité du communiqué du ministère de l’Intérieur relatif à la marche de Dynamique unitaire du 28 août :

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité, chargé de la Décentralisation et du Développement Local a appris par voie de presse que la Confédération Syndicale Dynamique Unitaire et compagnie se proposaient d’organiser une marche simultanément à Libreville et à l’intérieur du pays, le mardi 28 août 2018 dès 8 heures.

Alors que, il y a une dizaine de jours, le Ministre d’Etat avait fait ajourner une marche projetée par les mêmes regroupements syndicaux car, le problème posé par eux est toujours pendant devant la Cour Constitutionnelle, les organisateurs de cette manifestation n’ont pas cru nécessaire de saisir à nouveau les services compétents pour l’organisation de ladite marche.

Dans un communiqué diffusé le lundi 27 août 2018, le Ministère de l’Intérieur, en sa qualité de garant des libertés individuelles et de l’ordre public, a interdit l’organisation de cette manifestation.

En dépit de cette interdiction, ce mardi 28 août 2018 aux environs de 7h45 minutes, au lieu-dit rond-point de la démocratie, point de départ de cette marche interdite, les Forces de sécurité ont été déployées pour empêcher tout rassemblement. Après plusieurs sommations verbales les invitant à libérer la voie publique, quelques personnes ont tenu à tout prix à marcher.

Face à cet entêtement, les Policiers préposés, sans avoir fait usage de la force, ont interpelé 26 personnes qui ont été conduites à la Préfecture de police de Libreville. Ces personnes ont été identifiées à tour de rôle puis libérées.

Au cours de cette opération, aucun leader syndical présent sur les lieux n’a été interpelé ni inquiété.

Tout en saluant le professionnalisme et la retenue dont ont fait preuve les Forces de l’ordre au cours de cette gestion démocratique de la foule qui tentait de se former, le Ministère de l’Intérieur rappelle aux uns et aux autres l’impérieuse nécessité de se conformer aux lois et règlements en vigueur.

Service Presse du Ministère de l’Intérieur.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile