Militantisme

Levée d’immunité parlementaire de Justin Ndoundangoye : où sont passés les votes RV et SDG ?

Levée d’immunité parlementaire de Justin Ndoundangoye :   où sont passés les votes RV et SDG ?
Levée d’immunité parlementaire de Justin Ndoundangoye : où sont passés les votes RV et SDG ? © 2019 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/levee-d-immunite-parlementaire-de-justin-ndoundangoye-ou-sont,4821
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4821

Après plusieurs vaines tentatives de quitter le territoire gabonais par le Congo, le député Justin Ndoundangoye a finalement connu un jeudi d’après Noël austère hier. Lors de la levée de son immunité parlementaire, même les élus des partis crées par son mentor Brice Laccruche Alihanga (BLA) semblent l’avoir lâché au regard des résultats du vote d’hier dans les locaux provisoire de l’Assemblée nationale.

Lire aussi >>> Le député PDG Justin Ndoundangoye expédié dans les bras de la justice gabonaise !

Le Gabon vit une fin d’année pour le moins hallucinante sur le plan politico-judiciaire. L’opération dite « scorpion » avec en toile de fond, un déguerpissement particulièrement musclé de la clique à Brice Laccruche Alihanga. L’ancien directeur de cabinet présidentiel d’Ali Bongo alors au sommet de son art, avait fini par gangrener l’administration de ses proches aujourd’hui de tous les maux.

Cette ascension des BLA-Boys au plus haut niveau de l’administration gabonaise va connaître son apogée avec la chute brutale d’Ali Bongo en octobre 2018, victime d’un fulgurant AVC en Arabie Saoudite. Alors que la descente aux enfers a visiblement sonnée pour cette jeunesse aux ambitions démesurées après la rocambolesque tournée républicaine de celui que toute l’administration avait finit par appeler affectueusement DCPR (directeur de cabinet du président de la République), Justin Ndoundangoye dit Okulu la solution sera pour quelque temps, un véritable Django pour les autorités.

Le député en disgrâce, livré hier à la justice par ses pairs

Opposant une vive résistance aux services judiciaires à ses trousses, ce jeudi fût la fin de cavale pour le dernier dinosaure de la galaxie BLA encore en liberté. Si ce n’est l’un des derniers. Cependant, lors de la plénière qui statuait sur son cas hier, il est difficilement compréhensible que 113 députés aient voté pour la levée alors que le Parti démocratique gabonais, sous la bannière duquel il a été élu quoique Ajévien convaincu et affirmé, ne dispose que de 99 sièges à l’hémicycle.

À y regarder de près, les 7 voix qui ont voté contre et l’unique ayant opté pour l’abstention sur les 123 députés présents ne peuvent pas avoir été celles des députés issus des rangs du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV) et des Sociaux démocrates gabonais (SDG). Ces deux partis écrans créés justement par Brice Laccruche Alihanga, ont finalement lâché Justin Ndoundangoye. Que comprendre de ce désaveu de rares voix sur lesquelles il aurait pu compter ?

Finalement, aucun sursaut. Aucun veto, si ce n’est l’estocade portée par Minault Maxime Zima Ebeyard. L’élu de Mitzic, issu de l’Union nationale (UN, opposition), a été l’auteur d’une tribune dans laquelle, non seulement il a clairement exposé son refus de voter pour la levée de l’immunité de ce député de la majorité, mais a vigoureusement fustigé le caractère béni-oui-oui d’un parlement qui ne jouit d’aucune liberté d’action. Il ne serait donc qu’une simple chambre honteuse de parlementaires par défaut.


Commenter l'article