Retard de paiement

Les retraités gabonais de France réclament leur pension impayée

Les retraités gabonais de France réclament leur pension impayée
Les retraités gabonais de France réclament leur pension impayée © 2020 D.R./Info241

Dans une lettre ouverte parvenue ce mardi à notre rédaction, les retraités gabonais résidant en France s’adressent à Flavien Enongoué, ambassadeur du Gabon en France pour rappeler leur exaspération quant au non-paiement de leur pension retraite du 3e trimestre 2020. Une situation dommageable qui les prive de leur unique source de revenu depuis le 5 août 2020. Selon eux, la responsabilité de ce retard incombe au directeur général de la CNSS qui aurait décidé de geler le paiement.



Contraints par les autorités gouvernementales gabonaises à passer la fête nationale de l’indépendance du Gabon sans percevoir leurs pensions, le collectif des retraités du Gabon résidents en France, sous la plume de leur représentant Barthélémy Ntoma Mengome, a adressé à l’ambassadeur du Gabon en France une lettre ouverte pour dénoncer cet état de fait.

« Nous sommes les seuls retraités du Gabon a n’avoir pas perçu notre pension à la veille du 60e anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Gabon, le 17 août 2020 » dénoncent-ils dans cette lettre ouverte. Le représentant du collectif a tenté de faire comprendre la souffrance des retraités gabonais vivant en France dont les plaintes se répètent quasiment chaque trimestre sans y apporter une solution certaine.

Dans sa lettre, le collectif a aussi soulevé le fait que les pensions retraites de ces pères et mères de famille tardent toujours à être payé et souhaite que celles-ci soient désormais payées par la Paierie du Gabon à l’ambassade à Paris et non plus par le canal de l’Union gabonaise de banque (UGB), filiale du groupe bancaire marocain Attijariwafa bank.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article